lundi 30 juin 2014

Poison Quotidien #3 : LES ADDITIFS ALIMENTAIRES ou comment on nous empoisonne à notre insu.


Il en existe des centaines...

E150d, E951, E573... On les voit partout sur nos étiquettes et on ne les remarque plus. On ne s'interroge même plus sur leur innocuité relative, on les admets, tolérance grandissante presque blasée, dans les produits que l'on ingère tous les jours, et qui une fois de plus pénètrent dans notre milieu intérieur.

Mais qu'en est-il vraiment ?

Je suis une personne optimiste. Mais dans ce cas précis, j'ai naturellement tendance à voir le verre à moitié vide. Je m'explique :
Prenons le cas de l'aspartame par exemple, cette molécule a fait l'objet de taaant d'expériences et de recherches qu'il nous est impossible de les énumérer. Et pourtant, il doit y avoir autant de résultats décriant ses dangers flippants, que de résultats prouvant son absence de nocivité...
Déjà, de base, ça me paraît louche. Et s'il y a 50% de résultats inquiétants, j'aurais plutôt tendance, sans céder pour le moins du monde à la panique alarmiste, à pencher de ce côté-là.
D'une part parce que si on les a relevés, c'est bien pour une raison ( une absence de mauvais résultats ne prouve rien en revanche ), et si l'on y regarde de plus près d'autre part, les études ayant obtenu des résultats rassurants sont pratiquement toujours financées de près ou de loin par les fabricants de la molécule ou d'autres lobbies ayant un pied sévèrement ancré dans cette affaire plus que profitable...
Alors dans le " doute " mes amis, moi, je m'abstiens.


Mais ça fait quoi exactement, ces additifs ? Pourquoi un article là-dessus ?

Eh ben parce que justement, ou on ne sait pas vraiment ce qu'ils font à notre corps et dans quelles proportions, ou on le sait pertinemment, mais on tente à tout prix de faire taire les gens qui se battent pour nous alerter ( cf. Corinne Gouget que l'on a prise pour une folle parce qu'elle a compris l'importance de manger BIO bien avant tout le monde, à qui l'on a volé le droit de voir ses filles qui lui ont été retirées depuis près de 10 ans, parce qu'elle a osé s'attaquer au sujet additifs. Lisez son histoire. C'est vrai et c'est fou ).

Cependant, pour les molécules les plus connues comme l'aspartame et le glutamate monosodique, on a relevé des dizaines et des dizaines de symptômes inquiétants et sans aucun doute liés à la consommation de ces substances. Voilà pourquoi il me semble important d'en lister au moins les principaux.


L'aspartame ou E951

C'est une marque française qui a commercialisé l'aspartame pour la première fois. Eh oui ! C'est Canderel, en 1979. D'abord vendu en pharmacie, elle s'imposera dans les rayons des grandes surfaces en 1988.
Mais vous savez d'où ça vient cette invention ? Enfin, cette " découverte ", plutôt ? Parce que ça vaut son pesant de cacahuètes ! Je tire l'info de Wikipedia :
" Un des chimistes, J. Schlatter, aurait à l’époque accidentellement goûté un médicament anti-ulcère sur lequel il travaillait et découvert que celui-ci avait un goût sucré.
Dans un premier temps, après avoir bénéficié d’une autorisation de mise sur le marché de la part du ministère de la Santé, les produits sont vendus en pharmacie uniquement. "
Alors, toujours envie de mettre une pastille dans votre café ?
Vous reprendrez bien un Coca Light ?

WTF ??!!







Et ce n'est pas tout ! La FDA ( Food and Drug Administration ), autorité américaine responsable des mises sur le marché des substances chimiques alimentaires et des médicaments, bien qu'elle soit souvent d'une transparence vitreuse ( et c'est le moins que l'on puisse dire ) reconnait tout de même 92 symptômes ( !! ) liés à la consommation de ce poison faux sucre !
Quelques exemples parmi ces 92 dangers, tirés du site de Corinne Gouget :
" maux de tête, insomnies, fatigue chronique, cernes grises sous les yeux, baisse et troubles de la vue, réactions cutanées plus ou moins graves, rougeurs au visage, démangeaisons, prise de poids, dépression, chute plus ou moins importante des cheveux, faim et soif excessives, douleurs abdominales, ballonnements, diarrhées, douleurs articulaires, crampes, insomnies, pertes de mémoire, saignements de nez, vertiges, forte sensibilité aux bruits, sensation d’avoir froid même en plein été, problèmes menstruels, impuissance, problèmes sexuels, hyperventilation, attaques et convulsions, épilepsie, nausées, vomissements, hypo et hyperglycémies, baisse de l’intelligence, douleurs dans la poitrine, problèmes de thyroïde, tremblements, douleurs en avalant ou aussi en urinant, sensibilité aux infections, hypertension, asthme… "
Ce qui est dingue aussi, c'est que cette saloperie molécule est surtout vendue pour aider les gens à soi-disant perdre du poids.
Seulement, notre corps, cette horlogerie suisse extrêmement bien ficelée, possède des mécanismes de régulation très subtils. Or, lorsque l'on ingère de l'aspartame, le corps reçoit le goût sucré, et s'attend donc à recevoir l'énergie qui en découle, et produit parallèlement l'insuline pour pallier à cette arrivée de sucre. Seulement, on leurre tout simplement notre organisme qui se retrouve avec une décharge d'insuline " dans le vent ", une stimulation en prévision de l'énergie à venir, et nous, on se retrouve avec une belle hypoglycémie et un coup de barre qui nous font nous jeter......................... sur des produits sucrés  -__-
Résultat : au lieu de perdre du poids, on en prend. CQFD.
Sans parler des dérèglements endocriniens plus profonds que l'aspartame opère et qui peut tout simplement conduire à une obésité réelle, sans pour autant avaler 8000 calories par jour...

Cette substance fait en plus partie de ce que l'on appelle des neurotoxiques, littéralement " toxiques pour les neurones "... En effet, la consommation de ces molécules sur-exciterait ces derniers pour simplement les faire exploser, 20 minutes seulement après ingestion... Et à part ça, des millions de bouteilles de Coca-Cola Light son vendues chaque minute dans le monde, pour ne citer que celui-là.
TOUT. VA. BIEN.


Alors il est urgent de débarrasser nos cuisines et nos cellules de ce poison violent !
Pour le trouver, chassez sur les étiquettes le mot aspartame ou aspartam, le E951, ou la phrase " contient une source de phénylalanine ".



Le glutamate monosodique ou E621




Ohlalalala... En même temps que j'écris ces lignes, je ne peux m'empêcher de me remémorer le jour où j'ai découvert cette poudre fine, blanche presque transparente. J'étais avec une amie chinoise, je devais avoir 19 ans, et elle m'avait très gentiment invitée à dîner, me préparant des spécialités ménagères de son pays. Étant complètement fada de cuisine asiatique, j'en ai profité pour l'assaillir de questions. Et quand elle a ajouté à ses préparations cette espèce de " sucre ", je me suis évidemment rencardée !
" Et alors c'est quoi que tu ajoutes là ?
- ça, ben, ça donne du goût ! Mais faut vraiment en mettre un tout tout tout petit peu.
- Ah mais c'est génial ton truc :) "

Et en effet, après avoir moi-même acheté un sachet de cette poudre, tous mes plats étaient incroyablement relevés. Je venais de faire la connaissance du roi des ex-haus-teurs de goût.
Ce qui me fait me mettre la tête dans les mains, c'est que j'en ai utilisé des tonnes... Mais vraiment des tonnes... J'avais la main ultra-lourdasse. Et maintenant que je sais ce que ça provoque, je peux vous dire que je fais " gloups " T_T

Parce que ce monosodium glutamate, c'est un cousin de l'aspartame. Il est aussi profondément neurotoxique, possède tous les effets secondaires de son pote, et à l'origine du très tristement célèbre " mal-de-tête-après-le-resto-chinois "...
Très probablement responsable de l'hyperactivité infantile ( faites l'expérience d'observer un/votre enfant s'il ingère des Monster Munch par exemple... je l'ai fait, c'est éloquent ), de l'agressivité latente, j'en passe et des meilleures.







Le GROS problème du glutamate, c'est qu'il est absolument par-tout.
Dans tous les produits préparés et raffinés que l'on trouve dans les supermarchés. Alors FUYEZ si vous lisez sur l'étiquette E621, monosodium glutamate, glutamate monosodique, mais aussi plus généralement exhausteurs de goût, et comble du scandaleux, EXTRAIT DE LEVURE en BIO  ( !!! )
Parce que oui, même le BIO est touché, et ça, je trouve ça honteux !

Portez donc grandement votre attention sur les bouillons en cube ou en poudre, les sauces et soupes en sachets, les biscuits apéritifs, et toutes ces cochonneries qu'aiment les enfants qui sont particulièrement touchés par les effets secondaires ; mais aussi les charcuteries, les conserves, les plats " traiteurs ", etc.
Ces exhausteurs de goût sont tous simplement là pour donner de la saveur à un produit initialement totalement insipide...


Les nitrites ou E249, E250, E251 et E252

Les nitrites, c'est bien bon ça aussi tiens... Les nitrites sont surtout utilisés dans les charcuteries. Toutes ou presque sont touchées par ce fléau, qui permet la bonne conservation des produits carnés et leur donne cette fantastique couleur rosée siiiii appétissante et siiiiii naturelle... >_>




Le problème c'est qu'avec la cuisson à plus de 130°C et les modes de salaison modernes, ces nitrites se transforment en ce que l'on appelle les nitrosamines, dont je vous laisse lire les premières lignes de l'article Wikipedia les concernant
" Les nitrosamines, et en particulier les dérivés N-nitrosés, constituent une famille de composés chimiques extrêmement dangereux. En effet 90% des nitrosamines ont manifesté un pouvoir cancérogène sur de nombreux organes et ceci pour toutes les espèces animales testées. Et rien ne permet de penser que l'homme puisse résister à l'activité cancérogène des composés N-nitrosés.
Au vu de ces résultats, plusieurs nitrosamines ont été classées cancérogènes 2A par le CIRC. Ces substances sont aussi classées cancérogènes par l’Organisation mondiale de la santé (OMS). "
Et là aussi, même le BIO est touché. Il est très très rare de pouvoir trouver un jambon sans nitrites ou sels nitrités.

Donc inutile d'insister sur le fait qu'arrêter d'avaler ces substances est plus qu'urgent.


Les colorants alimentaires

Et là, là, j'attire particulièrement votre attention en tant que parent si vous l'êtes, car les colorants alimentaires sont évidemment ultra-présents dans les bonbons, chewing-gums, et friandises adorées de nos bambins. Seulement, il en existe des dizaines et si certains sont inoffensifs, comme le paprika ( rouge ) ou la curcumine ( jaune ), les colorants artificiels comme la tartrazine ( E102 ), le Jaune de Quinoléine ( E104 ) pour n'en citer que deux sont à proscrire immédiatement car extrêmement dangereux !
Maux de tête, nausées, diarrhées, épilepsie, hypertension, problèmes cardiaques... et ils sont très certainement tous cancérigènes.





Les arômes

Saviez-vous que le goût de pêche de vos yaourts aromatisés était issu d'une moisissure ? Que les arômes de fraise, cacao et framboise entre autres sont issus d'une pâte faite à base de copeaux d'un bois australien mélangés à de l'eau et de l'alcool ?
Ah si si !
Et en plus, comme ce ne sont pas des substances chimiques artificielles, cette hérésie est notée " arômes naturels " sur votre yaourt.
Elle est pas belle la vie ?

Sans parler des arômes artificiels qui sont de plus en plus montrés du doigt par les spécialistes et les chercheurs comme des allergènes très puissants !

Bref, à fuir !!


L'effet " cocktail "

Notre corps n'étant pas l'organisme stérile, fragile et démuni que la logique pastorienne nous fait croire depuis des dizaines d'années, il sait se défendre contre les intrus et les agressions issues de l'extérieur. Mais quand il a affaire à des quantités énormes de substances chimiques anti-naturelles, qu'il ne connaît pas puisque trop récentes et ingurgitées trop souvent et en trop grandes quantités par rapport à sa capacité d'élimination, tout cela se stocke joyeusement dans notre organisme !

Le problème majeur, c'est qu'entre les pesticides, fongicides, herbicides, solvants, agents d'enrobage, anti-moussants, stabilisateurs de goût, de couleur, arômes, exhausteurs de goût, nitrates, nitrites, sulfites, j'en passe et des meilleures, nous ne connaissons pas les dangers et les conséquences éventuelles de la mise en relation de toutes ces substances et de leurs interactions probables.

C'est un véritable problème de santé publique dont peu de gens sont au courant, et qui menace la santé de tous, et des enfants en particulier.


La manipulation scandaleuse de l'industrie agro-alimentaire

LE principal problème dans toute cette débauche de chimie dangereuse, c'est que les industries agro-alimentaires font tout pour leurrer, perturber, perdre le consommateur. En remplaçant les " E... " louches par le nom entier de l'additif par exemple, en dissimulant la présence de glutamates et d'additifs dangereux en notant simplement exhausteurs de goût, ou arômes.

La mention " sans arôme artificiel " ou " sans conservateurs " ne signifie absolument pas "sans additif alimentaire ".


LA solution : le retour aux sources

En revenant à une alimentation physiologique, essentiellement composée de fruits et légumes frais et BIO, vous diminuez de façon drastique pour ne pas dire totale l'ingestion d'additifs alimentaires. Évidemment, on retrouvera toujours des traces de produits phyto-sanitaires dans notre sang, mais en comparaison de tout ce bouillon de culture chimique présent dans l'alimentation moderne industrielle, ce n'est rien de comparable.






Ensuite, CUI-SI-NEZ ! Reprenez le contrôle.
Vous allez me dire : " oui mais toi c'est facile t'as pas d'enfants, tu es artiste, tu gères ton temps comme tu le souhaites ". Certes. Mais préparer une grosse salade composée et manger des fruits à la croque ou un smoothie ne prend pas trois heures. Ça prend même moins de temps que la cuisson au four d'une pizza de supermarché. Mettre des pommes de terre, des carottes et des navets au cuit-vapeur pour se faire un " petit écrasé maison " avec une pointe de crème de riz et du curcuma, c'est ultra-facile, ultra-rapide, et ultra-bon.

Faites vos yaourts vous-mêmes si vous souhaitez continuer à manger du lait, et aromatisez-les avec de vraies fraises ou de vraies gousses de vanilles.

Faites votre ketchup vous-même par exemple ! Des tomates, un peu de vinaigre, une cuillère de sucre complet, quelques épices. Résultat garanti !
Idem pour la mayo ! Un jaune d’œuf, une cuillère à soupe de moutarde, de l'huile de colza, et roulez jeunesse ! Pas besoin de gomme de xanthane, d'émulsifiants, d'acide citrique et autres inutilités hérétiques !

Pour les mangeurs de viande, encore une fois, privilégiez la viande ultra-méga-fraîche, BIO, évitez d'acheter ça dans un supermarché et allez chez un boucher qui connaît les éleveurs. Arrêtez la charcuterie ou alors, fabriquez-la vous-mêmes ! Oui c'est tout à fait faisable.

Bref, choisissez bien vos produits, lisez attentivement les étiquettes si vous cédez à quelques produits industriels et reprenez votre place de décisionnaire.
C'est à VOUS que revient le pouvoir de choisir ce que vous mettez dans votre corps. Pas aux lobbies ni à l'industrie.


Pour finir, je m'interroge...

Sachant tout cela, je vais digresser un peu et me permettre une réflexion ouverte. Elle paraîtra sûrement folle et absconse pour certains d'entre vous, digne des plus grandes théories du Complot pour d'autres. Mais vraiment, là pour le coup, je m'interroge...
Lorsque je vois la médiocrité révoltante et exponentielle des programmes de télévision à laquelle une grande partie de la population semble vissée quotidiennement, et dont elle semble surtout friande ( cf. les JT ou les " Anges de la Téléréalité " pour ne citer que ces absurdités ) ; quand je vois à quel point les gens semblent amorphes, le regard vide ( mon boulot de libraire dans la grande distribution m'a quasiment permis des études sociologiques... ), dénués de Conscience Politique ( au sens noble du terme, je ne parle pas de choisir d'aller voter pour les clowns qui nous " gouvernent " ), soumis et apathiques, ne serait-ce pas dû à une volonté assumée des lobbies de nous rendre " stupides et donc malléables à merci " ? Ces substances que l'on retrouve partout et auxquelles nous sommes accro, ne seraient-elles pas utilisées à dessein pour nous assommer et nous faire avaler n'importe quoi, dans tous les sens du terme et dans tous les domaines ?
Je vous laisse réfléchir là-dessus...



Pour aller plus loin :







  • Le documentaire " L'obésité programmée " :



  • Le documentaire Infrarouge " De la drogue dans nos assiettes " :





J'espère que cet article vous aura apporté.
Je vous embrasse, prenez soin de vous,
Saturne.






jeudi 26 juin 2014

Le chemin vers l'Alimentation Physiologique : réussir sa transition alimentaire.


Bonjour à toutes et à tous !

Suite au succès juste fou qu'a eu mon article sur l'Alimentation Physiologique ( et je vous remercie grandement de vos partages, ouverture d'esprit, curiosité, remises en question... ), je me suis dit qu'il était fichtrement important de vous donner quelques conseils, afin d'éviter les écueils qui me sont arrivés, bien que si peu nombreux par rapport à certaines personnes qui peuvent témoigner de grands désagréments.

Parce que OUI, devenir frugivore et aller vers un mode de vie physiologiquement adapté à nos besoins, surtout après des années d'un fonctionnement moderne délétère, ça se prépare !

Souvenez-vous, je vous avais parlé, dans mes précédents articles, des déchets toxiques acides accumulés dans notre liquide interstitiel ( la lymphe ), liquide qui baigne les cellules et contribue " normalement " à la bonne oxygénation, alimentation et surtout élimination des déchets de ces cellules. Ces déchets toxiques acides sont présents en très très grande partie à cause de l'hyper-perméabilité des intestins ( enflammés par notre alimentation inadaptée ) qui ne jouent plus leur rôle de filtre essentiel. En effet, ils devraient, encore une fois dans un fonctionnement normal, laisser passer les nutriments et retenir les matières inutilisables direction les toilettes. Seulement, ce rôle de filtre prend une direction complètement aberrante, et est à l'origine de bien des maux, si ce n'est de TOUS nos maux...

Alors pour parer à cet état de faits et réussir une transition alimentaire sans vivre un enfer à cause de ces acides, voici quelques explications.





Donc tu parlais d'écueils, mais c'est à dire, concrètement ?

Eh bien c'est tout simple. Notre corps, cet organisme génial au pardon éternel, est doté d'un pouvoir presque magique, digne de Wolverine : il s'auto-guérit, s'auto-régénère. Et durant toute son existence, et avec opiniâtreté, il va tenter, coûte que coûte, de se débarrasser de ses déchets et surtout de rétablir cette homéostasie ( l'équilibre acido-basique ), plus que malmenée dans dans notre existence d'humain moderne.

Alors quand vous allez commencer à apporter cette nourriture ENFIN adaptée à votre organisme, dans laquelle il va pouvoir trouver tant bien que mal, des nutriments nécessaires, il va commencer son travail de nettoyage. Car tout ce que vous apporterez et qui sera adapté, ne lui causera que peu de travail d'élimination et pas de travail de stockage. Il va pouvoir se concentrer sur ce qui l'enflamme vraiment et qui est là depuis souvent des années !

Le problème, c'est que quand ça va TROP VITE, le corps ne sait plus où donner de la tête, et c'est précisément là que ces écueils arrivent !

En effet, pour reprendre le cas des cerises " qui donnent la courante ", elles ont cet effet de détoxination intense parce qu'on s'en gave et que notre corps n'en a pas l'habitude, et qu'il en profite pour se nettoyer sévère !
Alors ça, on en est témoin juste pour le cas des cerises... Alors imaginez si vous passez directement d'une alimentation inadaptée à un mode de vie exclusivement frugivore  'Ö_Ö!
Vous risquez d'avoir quelques sueurs froides...


 ♣ Oui mais bon, roooh, c'est pas grave, quelques désordres intestinaux, on peut tous passer au dessus.

Certes !
Mais le problème, c'est que ça, ce n'est juste qu'un seul aspect de la détox...
Boutons, mucus à évacuer par le nez et les yeux, urines brûlantes car acides, diarrhées, cernes dus à la congestion des reins, fièvre possible, perte de cheveux, toux, éruptions cutanées, insomnies carabinées... Tous ces symptômes ne sont en fait qu'une seule et même chose : la manifestation concrète d'une sortie de toxines désespérée par le corps qui en profite.

ET ENCORE ! Quand on a des symptômes, c'est bien, c'est que ça sort ! Bon c'est vrai, c'est pas agréable, mais on sait que notre corps a l'énergie pour sortir ces matières, pour éliminer, ce qui est déjà excellent en soi.





T'inquiète, moi je suis un(e) ouf, même pas peur !

Je n'en doute pas le moins du monde, seulement, il faut considérer un autre aspect de la détox. Car finalement, la détox en elle-même, ce n'est pas le plus important du tout.
Non, je ne me contredis pas, vous allez comprendre. En effet, si vous avez, comme la majorité des gens, un corps encrassé, congestionné, constipé ( et vous pouvez être constipé en allant 3 ou 4 fois à la selle par jour. La constipation est surtout interne ! C'est l'accumulation de matières sur les paroi des intestins la VRAIE constipation ), au travail émonctoriel difficile car engorgé de déchets, votre passage à une alimentation physiologique va certes remettre en circulation les déchets acides accumulés dans votre corps, mais si ce même corps est incapable d'éliminer ces-dits acides relâchés, vous risquez ce que l'on appelle une auto-intoxication !

Pourquoi ? Parce que la capacité émonctorielle de vos intestins et de vos reins est de très loin dépassée par l'arrivée massive des déchets via la lymphe !
Pour prendre une image, c'est un peu comme les départs en vacances sur l'autoroute du soleil : arrivées au péage, les voitures s'accumulent, s'accumulent et s'accumulent encore créant des bouchons invraisemblables, parce que le rythme des péages est beaucoup trop lent par rapport au flot de voiture continu qui s'y presse !
Vous l'aurez compris, les voitures sont les déchets, le péage l'émonctoire...

Le problème, c'est que dans le cas des voitures, quand elles stagnent ainsi, la pollution grandit, grandit, grandit encore, ensuite absorbée par les arbres et la nature qui l'entoure. Dans le corps, c'est un peu pareil : si les toxines stagnent trop longtemps, elles sont réabsorbées :(

De plus, on parle d'auto-intoxication parce qu'en plus des déchets apportés par l'extérieur depuis des années et qui sont enfin délogés, il y a aussi les déchets propres aux cellules à gérer !
Donc vous vous rendez compte que si l'élimination n'est pas à la hauteur de la détoxination, de nombreux symptômes apparaissent, et ça peut même être dangereux.

J'insiste donc sur le côté progressif extrêmement important de cette transition alimentaire !


Ah ben bravo, tu m'as fait peur maintenant, je sais plus trop si je veux me lancer là-dedans...

Non, n'ayez crainte, avec une transition alimentaire faite avec douceur, à l'écoute de ces symptômes qui sont des signaux géniaux mis en place par votre corps pour vous signalez que ça va trop vite, il n'y a aucun problème.
Je suis bel et bien vivante, en très bonne santé, et pourtant je n'ai rien de particulier, je ne suis pas " élue " !
Nous avons tous le même fonctionnement corporel, c'est un fait, alors il n'y a pas de raison de vous n'ayez pas vous aussi de beaux résultats :)

Seulement, il va falloir vous reconnecter à votre corps, l'écouter, le chérir, vous adapter à lui, à ses demandes et ses besoins. Il sait exactement ce qui lui faut, alors faites-lui confiance.

Il y a un moyen très très simple de savoir si vous êtes dans le bon : il faut que ça soit CONFORT.
Comme dit si justement Thierry Casasnovas, et je n'ai pas trouvé mieux alors je vais le citer :
" Là où il y a douleur, il y a erreur ! ".
C'est aussi simple ( mais pas simpliste ) que ça.




Ben je suis bien d'accord, mais moi, mon corps, j'ai parfois l'impression qu'il ne m'appartient plus, tellement je me suis " éloigné(e) " de lui. T'aurais pas une marche à suivre pour m'aider au début ?

Avec ce blog, mon but est de vous apporter, modestement, humblement, grâce à mes expériences quotidiennes testées et approuvées, les quelques connaissances en constante évolution que j'ai acquises sur le fonctionnement du corps dans son ensemble, afin que vous puissiez retrouver le contrôle sur votre santé, comme je l'ai fait, loin des autorités
" pas toujours compétentes " ( j'en sais hélas quelque chose... )
Alors dans la partie qui suit, je ne vais faire que vous donner un guide, basé sur mes conclusions, ma façon de faire, et surtout comment j'aurais pu l'améliorer, a posteriori.
Mais je vous en prie, fiez-vous d'abord à vos sensations, à votre instinct, qui même endormi, est toujours là, précieux, battant.

  • Tout d'abord, pour me lancer dans cette aventure, j'arrêterais tout simplement de nuire à mon corps, de l'agresser. Évidemment, je cible les poisons faciles que sont le tabac, l'alcool, les drogues, mais aussi les poisons cachés comme le gluten, les produits laitiers, le café et le thé ( ce sont des excitants qui vont sur-stimuler les glandes surrénales qui sont généralement, dans notre cas, déjà complètement épuisées ), mais aussi les sucres raffinés et le sel ( mettez du sel sur une plaie et je vous souhaite bien du plaisir... Ben c'est exactement ce qui se passe sur vos muqueuses si fragiles -__- ). 
  • En parallèle, je diminuerais grandement l'apport en protéines carnées. Il sont à l'origine de déchets azotés extrêmement acidifiants pour notre organisme. Et alors cuits, ils sont cancérigènes, donc bon... hein... voilà. Si vous voulez manger de la viande, achetez-la d'extrêmement bonne qualité, d'une fraicheur irréprochable et faites-vous des tartares ou des carpaccios de bœuf. On évite la viande de porc crue qui peut filer des parasites ( ♫ bonjour ténia ♪ )
  • Toujours en parallèle, j'ajouterais des fruits mûrs à souhait en quantité, aux fibres douces et moins agressives que celles des légumes, qui vont commencer à détoxiner le corps. Choisissez-les de saison, BIO si possible, afin de manger la peau pleine de vitamines et minéraux.
    Pour accélérer et activer le mouvement de la lymphe vers les émonctoires, préférez des fruits astringents comme les agrumes ( citrons, oranges... ), la cerise, la grenade et le raisin.
  • J'éviterais ensuite de manger trop de légumes crus ! Leurs fibres sont bien plus agressives, et sur une muqueuse intestinale déjà enflammée et irritée, ça risque de faire des dégâts. Alors piano piano ! Préférez les manger cuits, à la vapeur douce. Et adaptez ensuite la part de cru en fonction de votre confort.
  • Le problème c'est qu'en parallèle de la détoxination et du remuage des toxines, il faut reminéraliser ce corps grandement dénutri par des décennies de bouffe pas adaptée.
    Et les minéraux on les trouve surtout.................................... dans les légumes crus.   Eh oui :/
    Dans les feuilles très vertes a fortiori ( blettes, épinards, salades, persil... ). Alors comment faire pour bénéficier à la fois des nutriments essentiels de ces végétaux, de la chlorophylle ultra-apaisante pour l'inflammation des intestins, sans le désavantage de l'irritation possible des fibres ?

    AVEC DES JUS !!!

    Des jus frais de légumes tout aussi frais, faits maisons, avec un extracteur de jus à rotation lente ( pas une centrifugeuse ! ). Si vous avez UN investissement santé à faire, le meilleur de toute votre vie, ce sera dans un extracteur de jus. Je consacrerai un article entier à cette machine bénie.




A côté de ça, puisque l'alimentation n'est évidemment pas le seul rouage de la mécanique du mieux-être, il va falloir aider son corps dans ce travail éprouvant. Alors comment qu'on fait ?

  • Premièrement, stimuler les émonctoires, les chouchouter, leur apporter notre soutien. Comment ?

    • les intestins :
      • En massant son ventre, tranquillement, avec douceur et bienveillance, dans le sens des aiguilles d'une montre.
      • En prenant du psyllium par exemple, qui va agir comme un balai pour déloger les matières accumulées dans notre boyauterie.
      • En faisant des lavements ! Eh oui ! Faisons fi des tabous, par pitié !
        Les lavements, voire les irrigations coloniques pratiquées par un professionnel vont avoir une action ultra-bénéfique sur le décollement des matières et la réactivation de la bonne flore intestinale. NON ça ne fait pas mal, NON votre dignité n'en prendra pas un coup, NON vous n'aurez pas besoin d'aller vous confesser après ! Et OUI c'est un vrai geste santé.
    • les reins :
      • En buvant une eau la plus pure possible, la moins chargée en minéraux possible ( Mont Roucous par ex ), l'eau " étant plus importante pour ce qu'elle emporte que pour ce qu'elle apporte " ( T. Casasnovas. ). Sans forcer non plus votre soif ! Boire plus d'eau que nécessaire surcharge les reins de travail et provoque de l'œdème ! Personne ne peut vous dire de combien d'eau vous avez besoin !
      • En mangeant de la pastèque, très reminéralisante et extrêmement régénérante pour la sphère rénale. Les melons sont excellents aussi.
    • la peau :
      • le brossage à sec va aider la progression de la lymphe en stimulant sa circulation sous-cutanée, mais va aussi aider l'élimination des toxines en chassant les cellules mortes.
      • Les bains alcalins auront une action apaisante sur la peau en neutralisant les acides et en activant l'élimination par la transpiration. Je vous revoie à mon article.

    • Deuxièmement, se re-po-ser !
      Ne pas résister aux appels de la sieste si cela vous est possible, ne pas résister aux yeux qui papillonnent le soir même s'il est 21h, faire de la méditation, ralentir. Et même s'arrêter, dès que cela vous est possible. Ralentissons nos rythmes de vie, prenons le temps, concentrons-nous sur une chose à la fois, respirons !
      Le repos est le seul moyen de recharger nos batteries, et plus précisément nos glandes surrénales épuisées par nos rythmes effrénés. Alors dormez tout votre soûl !
      • Ensuite, prendre le soleil !
        Nous ne pouvons vivre sans soleil, c'est avec l'eau l'élément indispensable à la vie. Les méfaits du soleil sont sujet d'une propagande mensongère destinée à vous faire acheter toujours plus de cosmétiques bourrés de cancérigènes, pour vous protéger de cet astre essentiel à notre bon fonctionnement !
        Depuis que je suis attentive aux signes de mon corps ( encore une fois !! ), je m'expose tous les jours, dès qu'il y a un rayon, et ma peau de rousse n'a pris aucun coup de soleil ! Pas le moindre rougissement à l'horizon. Déjà, parce que dès que la douce chaleur se transforme en une sensation désagréable, c'est que mon corps en a eu assez, et parce que les coups de soleil n'arrivent que sur une peau acidifiée. Alcalinisez-vous, respectez les signaux, et le soleil deviendra l'ami qu'il doit être.




      Ok, je crois que j'ai tout compris, mais tu parlais de TES écueils... Il t'est arrivé quoi ?

      Alors me concernant, j'ai surtout eu affaire à des insomnies très difficiles. J'ai enfin réglé le problème il y a seulement deux ou trois semaines, après un jeûne de trois jours, quelques lavements, et le retour à mes VRAIS horaires de sommeil.

      Ma peau aussi a pris cher. Surtout dans le haut du dos. J'avais pas mal de boutons d'acné, moi qui ai été épargnée à l'adolescence. Mais j'ai redoublé d'assiduité dans mes brossages à sec, mes bains alcalins et de soleil, et en quelques semaines, j'ai retrouvé une peau nickel, qui brille de santé !

      Quelques douleurs à la miction aussi, les acides, quand ça passe, ça brûle...
      Niveau intestinal par contre, aucun problème particulier !

      Des cheveux en plus sur ma brosse. Mais rien d'alarmant. Par rapport à ce que j'ai vécu quand j'étais en dépression y'a 10/12 ans, où je les perdais vraiment par poignées, là c'était de la cacahuète :)

      Et du coup si il m'arrive des trucs comme ça je fais quoi ? Ca me ferait paniquer je crois...

      Ben, dès le moment où vous SAVEZ que ce ne sont que des symptômes liés à la détox et à l'élimination, que les
      " maladies " ne sont rien d'autres que la manifestation de cette congestion, y'a pas de panique à avoir !

      Si vous ressentez de l'inconfort, voire des douleurs, ralentissez le rythme ! Mangez plus de légumes cuits que crus, ajoutez quelques pommes de terre, restez sur des fruits faciles comme la pomme, et ralentissez la dose de jus. A-DAP-TEZ !



      Ne restez pas dans le déplaisir.



      Pour aller plus loin :

      • Toujours le fabuleux livre de Robert Morse :

       

      • La super vidéo, complète et concise, de Thierry Casasnovas " Démarrer par les bases " dans l'alimentation physiologique :





      Alors, prêts à vous lancer :) ?

      J'espère que cet article vous aura apporté.
      Prenez soin de vous, je vous embrasse,
      Saturne.





      dimanche 22 juin 2014

      Soins physiologiques du corps, les trucs qui marchent vraiment #1 : LES BAINS ALCALINS.


      Bonjour à toutes et tous !

      Suite à l'article qui vous a visiblement beaucoup plu sur " Pourquoi et Comment j'ai arrêté les cosmétiques ", je reviens aujourd’hui plus en détail sur les soins du corps que je pratique, et à la suite desquels je vois une réelle amélioration de la santé de ma peau, et de la beauté de ce temple qu'est mon corps en général.

      Parce que OUI, mon corps est sacré à mes yeux.
      Non dans le sens d'un culte de l'apparence débile, d'un ennui profond et sans autre intérêt que de satisfaire son ego, mais dans le sens où ce cadeau qui nous a été donné par la nature pour bouger, sentir, voir, caresser, sauter, courir, rire, danser, aimer, profiter, ressentir, s'émouvoir, VIVRE tout simplement, mérite tout notre amour, toute notre douceur, toute notre attention.
      C'est un bien précieux que l'on va garder jusqu'à notre dernier souffle, qui pardonne toutes nos erreurs, sans distinction, et témoigne d'une Intelligence Cellulaire que certains qualifient de divine !
      Alors si vous pensez que soigner votre corps n'est autre qu'un caprice d’égocentriques superficiels, c'est probablement que la logique judéo-chrétienne a bien fonctionné sur vous...
      Quelle hérésie de considérer ce temple comme une fadaise ! Oubliez cette logique un instant, reconnectez-vous à votre corps, et constatez à quel point l'attention que vous lui apporterez vous sera rendue au centuple !

      Bien évidemment, les soins extérieurs sont un complément des soins intérieurs.
      Tout ce que vous ferez dans le sens de la physiologie apportera des résultats, puisque vous respectez simplement les besoins du corps et son mode d'emploi. Mais plus vous en faites, et plus vous obtenez de résultats. C'est d'une évidence crasse.
      Je vous renvoie donc, si vous ne l'avez pas lu, à mon article sur l'Alimentation Physiologique. Pratiquant tout en même temps, c'est ce qui m'a donné ces merveilleux résultats aussi rapidement.

      Pour finir cette introduction, vous constaterez, au fil de tous ces articles, que le plaisir dans le cadre des lois physiologiques est le critère, le signal absolu que vous êtes sur la bonne voie. N'est-ce pas fabuleux ? Cela signifie que tout ce qui vous fait du bien est bon pour vous ! Fini les contraintes, le besoin de volonté, derrière nous ce que l'on fait à contre-cœur.
      Bonjour la Joie, bonjour le plaisir, bonjour la douceur ! Mais je le répète, cela n'a de sens que dans les conditions naturelles, physiologiquement faites pour nous, loin des stimuli artificiellement créés pas l'industrie et les leurres de la publicité. Ce sujet sera d'ailleurs développé dans un autre article.

      Mais revenons aux bains alcalins !

      C'est quoi d'abord, un bain alcalin ?
      " Alcalin " est un synonyme de " basique " est qui le contraire " d'acide ".
      En fait cet adjectif a ici deux sens, deux buts différents et complémentaires : tout d'abord, il est en lui-même alcalin, puisqu'il s'agit tout simplement de verser, dans une baignoire remplie d'eau chaude, l'équivalent d'une grosse boîte ( ~ 800 g ) de bicarbonate de soude, substance basique par excellence ; ensuite, " alcalin" parce qu'il va apporter de l'alcalinisation au corps. Son effet va être de contrer les acides qui se trouvent directement sous la peau.





      Mais pourquoi prendre des bains alcalins ?
      Souvenez-vous, notre alimentation moderne délétère, essentiellement basée sur les céréales et les produits carnés très protéinés, au détriment des végétaux eux-mêmes alcalinisants, déséquilibre la précieuse balance acido-basique de notre corps appelée homéostasie, et que le corps n'a de cesse, tout au long de sa vie, de rétablir.
      En effet, toutes nos " maladies ", nos symptômes, nos petits maux , ces douleurs qui nous assaillent et nous pourrissent la vie, n'ont qu'une seule et même cause : le milieu toxique acidifié dans lequel baigne nos cellules. La génétique n'a que peu d'influence sur notre devenir en terme de santé, et même en ce qui concerne le cancer ( cf. le rapport des Dr Doll et Peto de l'université d'Oxford, qui conclue que seul 2 à 3% des cancers pouvaient être attribués aux gènes... ).

      En revanche, tout est une question d'épigénétique.

      Définition " d'épigénétique " d'après Wikipédia :

      L'épigénétique est l'ensemble des mécanismes moléculaires ayant lieu au niveau du génome et de la régulation de l'expression des gènes, qui peuvent être influencés par l'environnement et l'histoire individuelle, ainsi qu'être potentiellement transmissibles d'une génération à l'autre, sans altération des séquences nucléotidiques (ADN), et avec un caractère réversible.

      Ce qui signifie en gros que certes, nous naissons avec un capital. Mais ce capital peut être amélioré ! Rien n'est gravé dans le marbre ! Tout sera finalement défini par ce que vous décidez de donner à votre corps et ce que vous choisissez d'en faire ! De fait, le respect des lois physiologiques, un apport de matières alcalinisantes pour contrer les attaques acides, la stimulation des émonctoires pour faciliter la sortie des toxines polluantes, tout cela va dans le sens d'une expression optimale des gènes.

      OK, mais tu n'as pas vraiment répondu à la question, concrètement ça sert à quoi les bains alcalins ?
      J'y viens !
      La peau est considérée comme le troisième rein.
      C'est un émonctoire secondaire qui va aider les reins, lorsque ces derniers sont surchargés de travail, à éliminer les toxines. Ces toxines se trouvent directement sous la peau, et l'acidifient.
      Or, le bain alcalin a deux rôles : l'eau chaude ouvre les pores, permettant la transpiration et l'élimination de ces déchets, et la peau étant ainsi " ramollie " bénéficie des effets basifiants du bicarbonate de soude qui y pénètre, contrant les effets acides.




      Et tu fais comment alors ? C'est quoi le processus ?
      Rien de plus simple !
      Remplissez votre baignoire d'eau chaude ( ~ 40°C ), il faut que ça soit chaud mais supportable hein ! N'allez pas sortir rouge écrevisse ce n'est pas le but ! Il faut juste que ça transpire. Encore une fois fiez-vous à VOS sensations. Puis vous ajoutez une boite de 800 g de bicarbonate de soude, ainsi que quelques gouttes d'huile essentielle si vous le souhaitez. Moi j'aime y mettre 15 gouttes d'HE de lavande.
      Le bicarbonate va fondre et perdre son côté mécaniquement abrasif.

      Puis vous faites trempette pendant grand minimum 20 minutes. Moi j'y reste 45 minutes en moyenne, une heure c'est encore mieux :)
      Un bon bouquin, de la musique douce, et laissez vous aller...

      Vous pouvez y tremper vos cheveux, en prenant soin de bien les rincer à l'eau claire ensuite, au risque de les avoir un peu... rêches, sinon. Je le conseille vivement pour tous ceux et celles qui ont des symptômes liés à la tête : cuir chevelu qui démange, pique, maux de têtes, d'oreilles, etc. Synonymes de congestion acide dans cette sphère.

      Puis arrivé au bout de mon temps de trempage, j'aime masser ma peau vigoureusement du bout des doigts en mode Hammam pour gommer les peaux mortes ramollies par le bicarbonate. Puis je me rince à l'eau fraîche et HOP ! on sort et on est bien :)

      Je fais ça deux fois par semaine.

      Y'a des contre-indications ?
      Aucune ! Bien au contraire ! Tous les eczémas, dermites, dartres, sécheresses cutanées, démangeaisons, et toutes les altérations de la peau ne sont encore une fois qu'une expression de l'agression de ces acides sous-cutanés, et de la volonté désespérée du corps et de la peau de les faire sortir. Vous souffrez d'un de ces maux ? Alors plongez ! Aidez votre corps !

      En revanche il n'est pas rare, et c'est même normal, de ressentir aux endroits très acidifiés un picotement parfois intense, du fait de l'action alcalinisante du bicarbonate sur les acides. C'est pas agréable, mais c'est que ça marche ! Alors pas de panique, c'est tout à fait logique.



      Et pour quels bénéfices ?
      Pour ceux évidemment cités plus haut quant à l'action du bicarbonate sur les acides. Mais concrètement dès la première séance, une peau adoucie, nettoyée en profondeur sans chimie ni détergents, une peau apaisée qui ne démange plus.
      Si vous y laissez tremper vos mains, et vos ongles donc, vous constaterez un blanchissement instantané de ces derniers, et surtout après séances répétées, une intense solidification !

      Mais c'est pas plus efficace de l'ingérer, le bicarbonate de soude ?
      Hélas non, il est tout de suite neutralisé par l'acide chlorhydrique que nous avons dans l'estomac.

      C'est bien beau tout ça, mais je suis dég', j'ai pas de baignoire :(
      Qu'à cela ne tienne, achetez un seau, et faites-vous des bains de pieds jusqu'au mollets ! La peau des pieds étant très fine et la vascularisation très développée, ça ne pourra vous faire que du bien.
      Pareil pour les mains et les ongles, un petit bain dans une bassine.

      Après, c'est sûr, ça ne vaut pas le bain intégral.
      Mais c'est là qu'entre en jeu la nécessité de la collectivité et de l'entraide ! Vous n'avez pas de baignoire ? Vous avez très probablement un(e) ami(e), un(e) voisin(e), un membre de votre famille qui en a une ! Alors soyez inventifs, échangez-lui une corbeille de fruits BIO contre l'utilisation de sa baignoire par exemple. Ou apportez-lui une bouteille de jus fait maison. Troquez, soyez créatifs, partagez ces nouvelles connaissances et créez du lien ! Ça ne coûte rien de demander, a fortiori avec sourire et bienveillance !




      Voilà donc la description de l'un de mes principaux soins du corps physiologiques.


      Pour aller plus loin :

      • Les livres de Christophe Vasey :



      • Le livre d'Anne Dufour et Catherine Dupin :



      J'espère que cet article vous aura apporté !
      Prenez soin de vous, je vous embrasse,
      Saturne.




      mercredi 18 juin 2014

      L'Alimentation Physiologique, premier pilier d'une Beauté Vraie et d'une Santé Naturelle retrouvée.


      !! ATTENTION !!  : Devant l'ampleur du buzz que provoque ce blog naissant ( et qui me dépasse moi-même ahah ), qui s'adressait à l'origine à quelques amis et moins proches, je tiens à insister lourdement sur quelques points. 
      Je me base principalement sur mon expérience au quotidien, je transmets un message basé sur les évolutions magnifiques dont je suis témoin chaque jour. Je n'ai aucunement la prétention d'être scientifique et je suis encore moins docteur. Je suis juste une jeune femme qui souhaite se reconnecter à son instinct et au bon sens, gavée par les mensonges et les manipulations de l'industrie agro-alimentaire et des organismes qui nous gouvernent. Alors je fais mon chemin, humblement, je m'informe, je lis, je tente de comprendre, j'avance en douceur, j'applique mes découvertes. Et ça marche parce que ça tombe sous le coup du bon sens !
      Alors puisque ce blog attire du monde, bien plus que celui à qui il s'adressait au départ, je tiens à dire aux personnes qui se sentent touchés ( ou non ) par ce message :
      " faites votre propre expérimentation, ne prenez pas tout en bloc, faites la même chose que moi, informez-vous, suivez votre intuition. SOYEZ VOTRE PROPRE GUIDE. "

      Je vous invite à lire ma page située dans la colonne de droite intitulée : " précisions sur le but de The Way I Live ".



      Ca veut dire quoi " Alimentation Physiologique " ?

      Pour démarrer cet article, je vous propose de lire ou relire la définition du mot " physiologique " dans le dictionnaire Larousse :
      " Se dit des fonctions et des réactions normales de l'organisme "

      Une alimentation physiologique est donc, si l'on se fie à cette affirmation, une alimentation qui respecte les fonctions normales et induit des réactions tout aussi normales dans notre corps.
      C'est l'alimentation la plus adaptée à notre fonctionnement. C'est l'alimentation qui nous apportera le carburant nécessaire à l'épanouissement optimal de notre organisme.

      Regardons maintenant d'un peu plus près notre fonctionnement corporel, dans les faits :

      • Dents plates + canines quasi inexistantes + salive digestive = mâchoire faite pour croquer, mâcher longuement, réduire le plus possible en bouillie notre bol alimentaire pour faciliter le travail intestinal.
      • Sphères hépato-pancréatique ( foie + vésicule biliaire + pancréas ) et leurs enzymes digestives = nous permettent de digérer les sucres simples et les graisses. 
      • Acide chlorhydrique dans l'estomac = qui permet l'assimilation d'une toute petite quantité de protéines complexes / animales.
      • Intestins très longs ( ~ 7 mètres ) = tout à fait adaptés au passage des fibres de cellulose et absolument inadaptés pour des masses de protéines complexes qui y stagnent et se putréfient.
      • Reins minuscules = présents pour filtrer notre sang de ses déchets, adaptés pour une toute petite quantité d'ammoniaque/d'urée.

      Voilà en gros les principaux organes qui rentrent en ligne de compte dans notre digestion.
      Nous sommes donc physiologiquement adaptés, "créés ", " fabriqués ", pour les sucres simples, les fibres, les graisses et très peu de protéines.
      Ce sont les faits anatomiques.

      Nous sommes donc anatomiquement des frugivores, comme les grands singes que nous sommes.


      Ca mange quoi un frugivore ?

      Concrètement un frugivore mange tous les végétaux frais :
      • des fruits mûrs, gorgés de soleil, de sucres simples ( fructose ), de vitamines et de minéraux
      • des légumes feuilles principalement, verts, très verts, pleins de chlorophylle extrêmement reminéralisante
      • des légumes racines comme les carottes et les pomme de terre...
      • des fruits oléagineux comme les avocats, les noix, noisettes... de préférences trempées
      • des fruits secs comme les figues, abricots... de préférences trempés
      • des graines, de préférence germées, comme les graines de lin, tournesol, courge, alfalfa...
      • des huiles végétales en quantité nécessaire mais pas gargantuesque ( !! )
      • quelques produits animaux en quantité congrue ( et crus par pitié ! ), en dehors de toute considération éthique.
      • et le tout... CRU !
      Donc, en termes de physiologie, et en laissant la question éthique de côté, disons qu'un frugivore mange 98% de végétaux pour 2% de produits animaux si le besoin s'en fait sentir.

       
      Nan mais n'importe quoi, on est des omnivores !

      Je vais encore chambouler ce que l'on vous a appris depuis des années, mais c'est aussi le but de ce blog, après tout :)
      Alors la réponse est clairement NON.
      Au delà de la lecture de ce très bon tableau comparatif que je vous invite à consulter, et vis à vis duquel il me semble inutile de faire doublon, je me fie uniquement à ce que je vois de la physiologie humaine, en me basant sur la réalité des faits, de notre construction anatomique.
      Le fait que nous ne mourrions pas instantanément en mangeant un " bon " steak-frites ne signifie pas que cela est comestible pour nous. Preuve en est que depuis l'explosion de la nourriture industrielle et de la consommation de viande pour ne citer que celles-ci, au détriment de la consommation de végétaux, on a vu exploser les cas d'obésité, de diabète, de " maladies de civilisation", de cancers, etc. Preuve que cette alimentation moderne délétère nous fait complètement partir en vrille !

      Normal ! Si vous mettez une tasse de café au lait dans le réservoir plein d'essence de votre voiture, elle va fonctionner quand même. En revanche, si vous remplacez 90% de votre essence par du café au lait, elle va commencer à avoir de sérieux problèmes, votre voiture...
      C'est pareil pour notre corps ! Si vous mangez un steak-frites une fois par an, et que le reste du temps vous suivez un régime physiologique frugivore, votre corps l'éliminera, après probablement quelques désordres intestinaux et une mauvaise nuit. En revanche, si vous mangez des steak-frites tous les jours et des fruits une fois par an, ne vous étonnez pas d'être dans le même état que votre voiture au café...!

      Très honnêtement, vous le trouvez en bonne santé votre humain omnivore ?
      Bedonnant, diabétique, agressif, toujours de mauvais poil, dépressif, insomniaque, cellulitique, fatigué chronique, bourré d'arthrose, d'eczéma, de rhumatismes, cancéreux...
      On a jamais vendu autant d'antidépresseurs, d'anti-inflammatoires et autres médicaments qu'à notre époque !
      Je le trouve plutôt moribond moi, hein...

      Ouais mais c'est pas très équilibré ton histoire là hein... ça manque de protéines tout ça !

      Très bien.
      Considérons le cas du petit enfant de 0 à 2 ans qui va, en un temps relativement cours, doubler sa taille et sa masse. Cela fait de cette période le moment où le besoin en protéines est le plus fort. Tout le monde sera d'accord sur ce point.
      Si tout se passe bien, pendant cette période de construction tissulaire intense, ce petit enfant sera nourri de l'aliment le plus parfaitement adapté au corps humain. Celui que la nature même a créé et équilibré pour nous : le lait maternel.
      Examinons la composition du lait maternel donnée sur Wikipédia :
      • 87.5% d'eau
      • 7% de sucres
      • 4% de graisses
      • 1% de protéines " libres ", c'est à dire sous forme d'acides aminés directement assimilables
      • 0,5% de micronutriments
      Ce qui correspond, en termes de pourcentage calorique à :
      • 53% de graisses
      • 41% de sucres
      • et .................. 5% de protéines ( !! )
      Les recommandations nutritionnelles pour un adulte étant de 10% de protéines alors qu'il ne grandit plus du tout, et n'a besoin de protéines que pour renouveler ses tissus et réparer les lésions éventuelles !
      C'est complètement absurde ! Ö_Ö

      En plus, nous ne suivons généralement pas ces recommandations déjà élevées puisque notre alimentation moderne apporte une dose de protéine supérieure à 15% ( !! ). Ö____Ö

      Et ce n'est pas tout, souvenez-vous, dans mon article sur les produits laitiers, je parlais de l'acidification congestionnante issue de la digestion des protéines complexes du lait. Ce sont les mêmes que l'on retrouve dans le steak de notre steak-frites !
      Donc gluten qui bouche + lait qui acidifie + viande rouge cuite qui créé un max de molécules de Mailllard cancérigènes et d'urée ( et donc d'acides ) = AU SECOURS.
      Vous ajoutez à cela le déséquilibre oméga 3/oméga 6... et vous avez un bel exemple d'organisme humain lambda qui va chez le médecin ou à la pharmacie tous les mois, perclus de maux en tous genres, de " maladies ", de symptômes divers, qui ne sont que des signaux d'alarme pour nous montrer qu'il faudrait peut-être, enfin ce serait bien hein, ché pas tu vois, arrêter de déconner.

      Et par dessus tout ce joyeux bazar, on a évidemment, mesdames messieurs.... Le tristement célèbre régime Dukan ! \o/

      OUI. TOUT. VA. BIEN.

      Mais revenons à notre frugivore.
      Il donc besoin, grand maximum, de 5% de protéines " libres ". C'est à dire d'acides aminés non issus d'une déconstruction protéique complexe. Et l'on trouve tous ces acides aminés directement assimilables dans les végétaux ! Ah ben ça tombe bien didon !
      Il nous suffit de manger une grande quantité de fruits et légumes divers pour combler nos besoins.


      Bref. La carence en protéines est un mythe. Je le clame haut et fort.
      Je ne mange plus aucun produit animal ou en quantités... mais... juste infimes ( un jaune d'oeuf cru dans une mayo maison, une tranchette de fromage de chèvre frais BIO ), et je n'ai jamais été aussi sèche et dessinée qu’aujourd’hui ! Et j'ai la méga-pêche !


      Il serait bon d'oublier définitivement cette légende de l'inconscient collectif qui vise à penser, en gros, que l'on mange de la viande pour avoir " la force du bœuf ", " on mange du muscle alors ça va nous faire faire du muscle "... C'est aussi débile que de penser que manger la cervelle ou le cœur de votre ennemi vous donnera son intelligence et son âme...

      Dernier point qui ne manquera pas de vous convaincre si ce n'est déjà fait : regardez nos amis les gorilles, il ne font que manger de feuilles vertes en quantité astronomique, quelques baies et une minuscule part de produits animaux ( il va pucer sa guenon ou attraper un souriceau ), et ça ne l'empêche nullement de faire ses bons 200 kilos de muscles !


      Ok. Soit. Mais tu fais quoi de la vitamine B12 ? Hein ? HA !

      La fameuse vitamine B12... Vitamine que l'humain se doit de trouver dans son alimentation parce qu'il est incapable de la fabriquer lui-même. Vitamine que l'on ne trouve, soi-disant, que dans les produits animaux.

      Pour répondre à cette question souvent posée, je citerai un de mes autres maîtres à penser, Gary Yourofsky :
      " Tout ce dont nous avons besoin pour vivre en terme d'alimentation se trouve dans la terre. Alors pourquoi diable passer par le corps d'un autre animal pour se le procurer ? "
      Eh oui ! La vitamine B12 se trouve dans les animaux parce que dans le cas de la vache ou du bœuf par exemple, ils vont brouter l'herbe et avaler de la terre en même temps, où se trouve cette précieuse vitamine !

      Vous voulez devenir végéta*ien ou frugivore, ou vous l'êtes déjà, et vous voulez régler ce problème de vitamine B12 une bonne fois pour toutes ?
      Achetez des légumes de pleine terre BIO, ne les lavez que modérément, et vous aurez votre vitamine B12.

      Affaire classée.
      SUIVANT !


      Mouais. Bon. Admettons. Mais pourquoi il faut manger cru ?

      Il faut de préférence manger cru, oui, c'est vrai.
      Rappelez-vous, je l'avais déjà évoqué pour le cas du lait.
      La cuisson possède deux inconvénients majeurs : d'abord, aucune vitamine ni aucun minéraux ne résiste à une température supérieure à 100°C. Pour la plupart ils sont détruits à partir de 42°C.
      Manger cuit revient donc à manger inerte. A manger du vide, du non-nourrissant. En gros vous mettez des produits et des matières dans votre corps qui vont lui prendre de l'énergie à digérer, créer des déchets et ne rien lui apporter en retour !

      Deuxièmement, les cuissons vives, comme pour saisir un steak par exemple, ou cuire un pain au four, produisent ce que l'on appelle les molécules de maillard, issues de l'action des sucres sur les protéines appelée glycation. Cette réaction de Maillard est à l'origine des " bonnes " odeurs de grillé, et de la dorure des viennoiseries par exemple. Le problème c'est que ces molécules de Maillard sont en gros à l'origine de radicaux libres virulents, provoquant un vieillissement tissulaire précoce, qui peuvent être facteur de diabète et sont surtout hautement cancérigènes...

      Donc si cuisson il doit y avoir : vapeur douce et soupes cuites doucement, sans bouillir.
      C'est ce que je fais pour mes pommes de terre, 20 à 30 minutes au cuit-vapeur.


      Séance photo fruitée avec Agata Wolanska
      Crédit photo © Agata Wolanska




      Et comment tout cela agit sur ma santé à ce point ?

      Eh  bien tout simplement parce que vous respectez les règles du jeu !
      Si vous fournissez le carburant adapté à votre " machine corporelle ", elle va fonctionner de manière optimale ! Si vous donnez à votre corps ce dont il a besoin, il va pouvoir nourrir ses cellules, les oxygéner et faciliter l'élimination de leurs déchets. Le corps se nettoie, la congestion s'atténue, et vous dites adieu à tous ces " maladies " qui ne sont en faits que des symptômes " d'alarme " liés à l'état d'obstruction de votre corps par ses toxines.

      N'oubliez pas ! Votre corps vous pardonne tout ! C'est un merveilleux système qui répare toutes vos erreurs, mêmes les plus sérieuses, pour le peu que vous respectiez son mode d'emploi.


      Ouais... mais de là à me rendre beau / belle, y'a un monde.

      Que vous pensez !

      Un corps en bonne santé est un corps avec de beaux cheveux, sains, forts ; des ongles solides et brillants ; une peau douce, jeune, lumineuse et ferme ; une absence de cellulite, de surpoids. C'est un corps " fit ", musclé, souple, sec et harmonieux ; des yeux blancs et brillants, etc.

      Et surtout, c'est un corps qui " sourit ", parce qu'il rayonne de Joie et  de bien-être...


      Ben ça me fait bien envie ton histoire, vu sous cet angle, mais moi les fruits... je peux pas en manger, ils me rendent malade.

      Voilà une autre vision erronée du fonctionnement humain. En fait, on prend le problème à l'envers.
      Un fruit, par essence, est la nourriture la plus parfaitement adaptée à notre organisme. Il ne peut EN AUCUN CAS, vous rendre malade.
      Jamais.
      Never.
      Oubliez.

      En revanche, le fruit détoxine...
      C'est à dire que lorsque vous ingérez un fruit, et en particulier quand votre alimentation en manque cruellement habituellement, votre corps se dit : " Alléluia ! de la vraie nourriture ! Je vais pouvoir retourner faire mon travail ! ". Et il va se nettoyer.
      Le fait d'être " malade " n'est en fait qu'une réaction de détoxination de votre organisme.
      Diarrhées, maux de tête, de ventre... les acides sont délogés, remis en circulation, et ça secoue !

      Je reprends l'exemple très parlant de Thierry Casasnovas qui évoquait le cas des cerises. On dit que les cerises
      " donnent la courante ". Mais si on regarde les choses sous l'angle physiologique réel, c'est que quand arrivent les cerises au printemps, on se gave de ces joyaux rouges ( parce que, faut le dire, c'est ultra-bon ), mais le problème, c'est que n'ayant pas l'habitude de fournir à notre corps autant de fruits d'un coup, il détoxine SA RACE !
      Les fruits ne rendent pas malade, ils révèlent l'état de congestion réel de votre organisme malmené par des habitudes alimentaires délétères.
      Alors rendons leur intégrité à ces pauvres fruits à la réputation tragique : LES CERISES NE DONNENT PAS LA COURANTE.
      Bigre.

      Si vous vous lancez dans l'aventure frugivore, ce que je ne pourrai que vous conseiller tous les jours de toute ma vie, allez-y pro-gres-si-ve-ment. Sinon, gare aux montagnes russes...


      Oui mais n'empêche qu'honnêtement, ne manger QUE des fruits et des légumes, ça ne tient pas au corps.

      Mmmh... Certes, si votre alimentation frugivore naissante ne subit pas quelques transformations au niveau quantités. En effet si vous arrêtez votre nouvelle alimentation aux portions rachitiques de fruits et légumes que vous mangez par jour, en soustrayant juste tout le reste, il ne va pas y avoir grand chose dans votre assiette !

      Je pense que vous ne pouvez pas imaginer les quantités de nourriture que je mange par jour. Je dois faire, selon ma faim, entre 4 et 10 petits repas par jour. En comptant les demi-litres de jus de fruits et/ou légumes que je m'envoie derrière la cravate depuis l'arrivée de mon sacro-saint extracteur de jus.
      En gros dans une journée, si je comptabilise, je peux facilement manger une pastèque entière, un melon, un ananas, 2 ou trois avocats, 2 ou 3 tomates, 8 ou 9 bananes, 4 à 5 pommes de terre, une mangue, une demie scarole, sans oublier les noix, les fruits secs, les assaisonnements...
      Je mange à chaque fois que j'ai faim, sans me priver, sans compter la moindre calorie débile, et je m'arrête dès que la satiété pointe le bout de son nez.
      Certains jours je n'ai pas très faim, ou je retarde mes prises alimentaires parce que je n'ai pas le choix. Ce rythme irrégulier contribue à ma santé puisque trois repas par jour à heures fixes, c'est tout sauf physiologique.
      Je peux vous assurer que j'ai une pêche d'enfer, que je n'ai aucun coup de mou dû à la digestion, que je ne me sens jamais lourde, jamais affamée non plus !


      Et je pèse 52 kilos pour 1m74...



      Alors, prêts à tenter l'aventure du vrai, du bon pour votre corps, de l'adapté, du frais, du physiologique ?





      Pour aller plus loin :


      • LE LIVRE QUE TOUT LE MONDE DEVRAIT LIRE AU MOINS UNE FOIS DANS SA VIE :


       

       
      • LA vidéo qui fait sensation ! ÉLOQUENTE et très émouvante ( enfin je trouve... )




      • Le super reportage " On est ce qu'on mange " :

      •  
         
      • Une autre vidéo géniale, " Les carottes sont crues " :

      •  
         
      • Une quatrième que je regarde régulièrement pour la fraîcheur de Mme Irène Grosjean, " Irène, journal d'une transition alimentaire " :




      • Le site de Thierry Casasnovas " Vivre Cru " bientôt rebaptisé " Régénère " : www.vivrecru.org
      • La vidéo du même Thierry " Démystifions les protéines " : http://youtu.be/xAkbiYhY9JY
      • Le site " Crudivorisme.com " : http://www.crudivorisme.com/
      • Le livre de Robert Morse :
      • Le livre du Dr Douglas N. Graham :


      • Pour finir de convaincre celles et ceux qui ont encore des doutes ou des craintes quant à la " carence en protéines ", j'ajoute cette vidéo TIP-TOP dans laquelle un athlète de haut niveau, plongeur en eaux vives, a vu ses performances bondir et son corps s'assécher grâce à l'alimentation physiologique !







      J'espère que cet article vous aura apporté.
      Prenez soin de vous, je vous embrasse,
      Saturne.




      samedi 14 juin 2014

      Poison quotidien #2 : LES PRODUITS LAITIERS, ou comment j'ai éradiqué pas mal de problèmes comme la migraine carabinée...



      Un chocolat chaud et du beurre sur les tartines le matin ; de la crème fraîche dans le risotto, un bout de camembert sur du pain et un nuage de lait dans le café le midi ; du fromage râpé et de la crème liquide dans la soupe, du parmesan sur les pâtes et un yaourt le soir ; et enfin un verre de lait chaud avec du miel avant le coucher pour aider l'endormissement.

      Cela vous rappelle quelque chose ? Vos propres habitudes alimentaires peut-être ?
        
      ♪ ♫  Les produits laitiers sont nos amis pour la Vie ! ♪ ♪ ♫

      " Pour votre santé, mangez trois produits laitiers par jour. "

      Qui n'a jamais entendu ces slogans et recommandations se manifeste sur-le-champ !
      Du coup, à l'écoute du Programme National Nutrition Santé, vous appliquez en confiance et sagement ces conseils diététiques. Et puis il faut dire, c'est tellement bon...

      Moi aussi, j'ai longtemps été une " milk-addict ". Mes Chocapic ramollis dans le lait très chaud, c'était sacré. Mon chocolat chaud aussi, comme je l'avais déjà raconté dans mon premier article sur le gluten. Et puis, rappelez-vous, je suis d'origine italienne ! Alors, la Mozza', le Parmesan, le Gorgonzola, sur la pasta et les pizzas... constatez par vous-mêmes ! J'y mets des majuscules sans réfléchir !
      Bref, les produits laitiers et moi, ce fut une longue et belle histoire d'amour.

      Ce que je n'ai pas évoqué dans mes articles sur le gluten, c'est que le livre du Docteur Jean Seignalet recommandait plus que vivement l'arrêt du lait et de ses dérivés simultanément à celui du gluten. Dont acte, je l'ai éliminé de mon régime.
      Non seulement je ne pouvais plus manger de pain et associés, mais en plus je devais dire adieu à mes repas de fromages et mes chocolats chauds T_T
      Le challenge était de taille. " Euuh... mais... c'est pas pour embêter hein, mais je vais manger quoi au p'tit déj' ? "

      Seulement, vous n'êtes pas sans savoir que ce changement drastique de mon alimentation fut un réel succès ( cf. mes deux articles Poison Quotidien #1 ). Asthme, dépression... Tout cela a disparu si vite !

      Alors comme pour le gluten, j'ai voulu comprendre quels mécanismes physiologiques régissaient cette confrontation visiblement délétère du lait et du corps humain. Une fois de plus, j'ai eu de belles surprises :

      Ca vient d'où, précisément, cette propension du gouvernement et des organismes de santé à nous saturer la cervelle de pubs nous incitant à boire toujours plus de lait, d'abord, hein ?
      Ça date d'après la seconde guerre mondiale. En effet à ce moment-là, l'agriculture se modernise, la production se veut intensive pour nourrir la planète affamée par 6 années de batailles. La traite des vaches n'est plus manuelle mais devient robotisée. La production de lait explose... et on ne sait que faire de ce " fleuve blanc ".
      Ainsi, aux États-unis puis en France avec Pierre Mendès-France en 1954, le verre de lait sucré à l'école devient obligatoire, pour des raisons soi-disant hygiénistes et de santé, mais surtout pour faire germer dans la tête du peuple l'idée que le lait est un aliment sain, nutritif, indispensable à la vie humaine, et ainsi rentabiliser et construire un profit juteux autour des millions et des millions de litres de lait extraits de ces pauvres ruminants. Vous n'êtes pas sans connaître la puissance des lobbies laitiers actuellement, conséquence de cette histoire pas si ancienne.

      Oui d'accord, les lobbies, tout ça. Mais s'ils disent que c'est bon pour la santé, c'est que ça l'est, sinon il ne le feraient pas !
      Mmmh... Pas si sûr ! A mon humble avis, les gouvernements sont des valets à la solde des grands groupes financiers, des trusts et des lobbies qui EUX, dirigent le monde. En 2011 cette production laitière a rapporté à Danone un chiffre d'affaire de 19 milliards d'euros. 19 MIL-LI-ARDS. ( Ça fait 124 milliards de francs, ahahah ! ) En un an. UN AN. Et je ne parle que de Danone !


      Alors maintenant que l'on sait ça, regardons de plus près la physiologie :
       

      Si l'on se base uniquement sur cette dernière, c'est à dire les lois mécaniques qui gouvernent nos cellules, nous ne sommes pas faits, passés 3-4 ans, pour digérer le lait. C'est un fait. La lactase, enzyme digestive qui permet son assimilation, disparait progressivement à cet âge enfantin.
      De plus, l'enfant naît avec cette capacité certes, mais uniquement pour assimiler le lait maternel. Le lait humain. Adapté à ses besoins, riche des défenses immunitaires de sa mère, il correspond à son organisme. C'est l'aliment le plus physiologique qui soit.
      A la différence du lait de vache, qui, lui, est naturellement adapté au veau ! Beaucoup plus gras que le lait humain, beaucoup plus riche en protéines complexes et en hormones de croissances, il est destiné à faire prendre au veau 400 kilos en 6 mois !

      Intéressons-nous maintenant à ce qui se passe dans notre corps lorsque l'on ingère du lait de vache :
       

      La quantité de gras qu'il contient est bien trop importante par rapport aux quantités ingérables par l'être humain. C'est entre autres pour cette raison que l'on a cette sensation de lourdeur après ingestion.
      " Heureusement ", l'on a vu arriver les laits demi-écrémés puis écrémés dans les rayons de nos supermarchés. Certes moins gras, ils conservent tout de même leurs protéines complexes, totalement inadaptées au système digestif humain. Ce dernier est infiniment plus apte à recevoir des protéines simples, ou directement des acides aminés, contenus essentiellement dans les végétaux ( Et bim ! J'y reviendrai dans un autre article ).
      Or, ces protéines complexes qui arrivent dans l'estomac puis les intestins, ne pouvant être décomposées puis assimilées, se retrouvent tout simplement estampillés de l'étiquette " déchets " dans notre corps. Ces déchets, encore appelés toxines, migrent dans le liquide interstitiel qui baigne nos cellules, le corps ne sachant qu'en faire, et ayant du mal à les évacuer. La faute à notre alimentation moderne ( cf. le gluten, une fois de plus ) qui enflamme les villosités de notre intestin, causant à la fois les bouchons empêchant le passage des nutriments, mais aussi une hyper-perméabilité dramatique, laissant passer les toxines au lieu de les retenir et les éliminer par les selles.
      Ce liquide interstitiel - appelé " les humeurs " ( à juste titre ) par les anciens - qui baigne toutes nos cellules permet, dans un fonctionnement optimal normal, leur oxygénation, leur alimentation, et l'élimination de leurs déchets. Or, si ce liquide est complètement pollué, congestionné de toxines, il ne peut plus assurer ses rôles essentiels ! Les cellules sont dénutries, asphyxiées, et ne peuvent plus éliminer leurs propres toxines. C'est précisément là que les ennuis commencent...
      De plus, ces protéines complexes sont des éléments extrêmement acidifiants pour l'organisme qui, dans un souci constant d'équilibre acido-basique ( appelé homéostasie ), va tout faire pour contrer les effets de ces attaques. Et comment ? Je vous le donne en mille ! En puisant dans ses propres réserves alcalines que sont ses réserves minérales. Et quelles sont les principales réserves minérales de l'homme ? Ses os, ses dents, ses ongles, ses cheveux...

      " Pour lutter contre l'ostéoporose, buvez du lait. "

      MAIS.    BIEN.    SÛR.   !!


      D'ailleurs, juste comme ça... Les États -Unis sont le pays le plus gros consommateur de lait au monde, et détiennent également le record du taux le plus élevé d'ostéoporose. Le Japon, le pays ou le lait de vache est pratiquement une curiosité, détient le record du plus faible taux d'ostéoporose au monde...
      J'aurais pu limiter mon article à cette simple constatation statistique.


      Cette congestion du liquide interstitiel ayant d'ailleurs particulièrement lieu dans la sphère haute du corps : ORL et pulmonaire.
      Lorsque j'ai compris ce premier mécanisme, j'ai pu faire le lien entre ma consommation relativement élevée de produits laitiers et de nombreux soucis de santé que je pensais sans rapports :
      • Rhume des foins, nez qui démange, qui coule, éternuements = symptômes relatifs au besoin d'élimination de déchets cités plus haut par mon corps.
      • Asthme = évidemment, je compris a posteriori que l'arrêt du gluten ET des produits laitiers signèrent mon salut respiratoire !
      • Peau très sèche qui graaaaaaattte = symptôme signalant le débordement de mes émonctoires principaux, surchargés de travail. La peau étant un émonctoire secondaire, elle tentait de venir en aide à ces derniers en éliminant ce qu'elle pouvait.

      Et puis surtout... mes migraines.
      Mais alors attention, pas la p'tite migraine de fin de journée hein, non, celle qui démarre par des troubles visuels ou une incompréhension de ce que je vois. Qui se poursuit par des fourmis dans la main, qui remonte le long du bras, dans l'épaule, la langue, puis l'intérieur de la gorge. Le tout suivi d'une aphasie, c'est à dire une impossibilité de parler malgré mon envie, pas moyen d'articuler un mot sans faire : " gaahhehbbeerlllffr " et pour couronner le tout : perte de notion de l'espace ! C'est à dire qu'il m'est impossible de savoir où est la gauche, la droite... Bref, l'horreur, je sais que si on ne l'a pas vécu, ce genre de choses est strictement impossible à concevoir.
      Et alors quand ça vous arrive en pleine nuit, laissez-moi vous dire que lol.
      Et puis la douleeeeuuuur, mes aïeux, la douleur...

      Batterie d'examens, ophtalmo, scanner, IRM...    Rien.       " Le stress, probablement. "

      C'est cela ouiiii.

      Et puis mes ongles sapristi ! Mes ongles ! Je n'avais pas des ongles mais du papier crépon ! Le genre qui s’effeuillent, se cassent, se déchirent, se dédoublent, ne poussent pas... Je cassais régulièrement celui du pouce en ouvrant tout simplement le clapet d'une bouteille de ketchup, par exemple Ö_Ö
      Nan mais, des horreurs ! J'avais honte de mes mains pour le coup...

       
      Laissez-moi vous dire que tous ces boulets se sont naturellement décrochés de ma cheville quelques semaines voire mois après l'arrêt de ces deux substances.

      La preuve !
      Regardez moi ces merveilles naturelles. Des petits joyaux brillants et forts !




      Le seul symptôme qui va me prendre du temps à contrer, preuve que cette satanée alimentation moderne " populaire " à base de céréales et de produits laitiers m'a bien déminéralisée, ce sont mes cheveux blancs, que j'ai vu apparaître à l'âge de 13 ans ( !! ). Eh oui, pour contrer les attaques acides, les cheveux sont aussi un stock minéral. Leur blanchiment témoigne d'une déminéralisation assez présente. Mais alors à 13 ans quoi...
      Même s'ils sont localisés et pas non plus trèèèèès nombreux, ils me complexent beaucoup. Je voudrais laisser mes cheveux libres, mais je m'astreins à un henné bimensuel, quand les racines se voient trop.
      Par contre, je sais, je suis convaincue même, que mon mode de vie physiologique va rétablir leur couleur d'origine, une fois ma reminéralisation assez avancée !

      C'est bien beau ton histoire mais, et le calcium ? Le lait c'est quand même la source number one !
      Ah ! Le calcium ! Voilà bien un autre mythe qui a fondu comme beurre au soleil quand je me suis intéressée de plus près au sujet Lait.
      OUI, c'est vrai. La lait est bourré de calcium. Le problème, c'est que notre lait est pasteurisé. C'est à dire cuit ! C'est à dire mort.
      Aucun minéral ni aucune vitamine ne survit à un passage, même de trois secondes, à 150°C. Donc les minéraux que vous buvez avec le lait sont inertes.
      Or, nous sommes ce que l'on appelle des êtres hétérotrophes, contrairement aux plantes qui elles sont autotrophes. Cela signifie que les plantes, par le biais de la photosynthèse, peuvent produire des minéraux organiques à partir des minéraux inertes de la terre. Ce qui nous est impossible. Les minéraux les plus adaptés à notre condition d'humain sont donc : les minéraux issus des végétaux ( Et re-bim ! )
      Le calcium inerte du lait se retrouve donc également à l'état de déchet dans notre corps et s'accumule sous forme de.... calculs ! Merci, bonsoir.
      Ajoutons à cela notre histoire de congestion du liquide interstitiel dans la sphère ORL : dans cette dernière se trouve, au niveau du larynx, nos glandes thyroïdes et para-thyroïdes, sollicitées dans l'utilisation du calcium pour la construction osseuse, etc. Si cette glande est formée des mêmes cellules dénutries, asphyxiées et polluées, ces glandes ne peuvent fonctionner et l'utilisation du-dit calcium est quasi-nulle !

      Mais... on le trouve où alors, le calcium ?
      Mais dans tout ce qui est physiologiquement adapté à nos besoins !! La nature est merveilleuse ! Elle a absolument tout prévu ! C'est à dire dans tous les végétaux, tous les fruits, les noix, les graines ( germées ou non ), les feuilles bien vertes, etc !
      Du minéral bio-disponible directement assimilable par l'organisme, transformé avec générosité et abondance par les plantes et le soleil, gorgé d'énergie électro-magnétique sans laquelle nous ne serions rien !

      Tu veux des exemples ? Tu peux trouver des masses de calcium de première qualité dans :
      • les " noix " : amandes, noisettes, noix de cajou, de pécan,...
      • les feuilles très vertes : choux, blettes, épinards, cresson, salades bien vertes...
      • les fruits : agrumes, pastèque, figues, et tous les fruits secs !
      • les graines : de sésame, de lin, pistaches...
      • les graines germées de tous poils : une incroyable source de nutriments !!
      • les algues : toutes les algues !
      • mais aussi les légumes : carottes, potiron, patate douce, concombre...
      Le tout est d'en manger beaucoup et de manière très diversifiée :)
      En insistant particulièrement sur les feuilles vertes, qui sont des bombes alcalines extrêmement importantes pour nos organismes épuisés, vidés de leur contenu minéral.

      C'est pour cela qu'investir dans un extracteur de jus à rotation lente est probablement la meilleure chose que vous pouvez faire pour rendre service à votre santé, et la retrouver.
      Ce sera le sujet d'un prochain article nutrition et santé.


      Je voudrais aussi faire un point sur la qualité du lait servi dans les bouteilles plastiques de nos grandes surfaces ( je ne parle pas ici du lait BIO ).
      Physiologiquement parlant, nous avons vu que " l'élément-lait ", la " molécule-lait " si je puis dire, n'était, de base, pas adapté au corps humain.
      Mais cette affirmation prend une dimension encore plus vertigineuse lorsque l'on s'intéresse à la composition même de cet aliment, ce produit.
      Les vaches ne sont plus nourries dans les champs, à brouter tranquillement la luzerne grasse des pâturages, qui assurait au lait la présence d'Oméga 3, essentiels au maintien de la santé humaine par des processus sur lesquels je reviendrai dans un prochain article.
      Elles sont enfermées, nourries avec un mélange de soja et de maïs, céréales toutes deux bourrées d'oméga 6 et 9, entrant en jeu dans la multiplications des cellules graisseuses et leur capacité à se remplir plus ou moins rapidement dans notre corps ! Le lait est donc, pour raccourcir franchement, un bon candidat pour le surpoids... Notre alimentation étant énormément dépourvue d’oméga 3 qui contrebalancent les effet des oméga 6.
      De plus, ces pauvres bêtes ne sont plus considérées que comme des machines à produire du lait. Résultat : leurs pis, irrités par le contact des suceurs, macérant dans ces engins à peine nettoyés, affaiblis par la folle productivité à laquelle on contraint ces animaux, développent des infections appelés mammites. Ces mammites produisent du pus qui tombe allègrement dans votre lait. Ah si si !
      Et évidemment, comble du bonheur, ces braves bêtes sont soignées à grand renfort d'antibiotiques... qui tombent eux aussi, vous savez où.

      Les bébés souffrent de bronchiolites, d'otites à répétition, les enfants développent des résistances aux antibio, l'asthme se développe à tout va, l’eczéma et les allergies aussi, mais...
      " Gallia, après le vôtre, probablement l'un des meilleurs laits "

      OUI.    TOUT.   VA.   BIEN. 

      Sans parler des contenants en plastique bourrés de perturbateurs endocriniens comme le bisphénol A qui a la fâcheuse tendance de migrer avec opiniâtreté dans les corps gras, le lait n'en étant pas dépourvu, au contraire !


      Pour finir, je ne peux faire l'impasse sur l'éthique.
      Que cela passe pour de la sensiblerie, à vrai dire, ça m'est égal, j'assume complètement. C'est aussi une des raisons qui m'a fait arrêter le lait. Ce n'est pas une invitation au débat, c'est une description de faits, surmontée d'une bonne dose de révolte personnelle.
      Je serai brève.
      Pour qu'une vache ait du lait, il lui faut faire un veau.
      Dans nos sociétés modernes, les vaches ne sont plus montées naturellement par des taureaux, mais tout simplement violées par un inséminateur qui va enfoncer son bras jusqu'à l'épaule dans le vagin de cette innocente bête qui n'a rien demandé. Suite à cela, elle va porter son veau, accoucher, et sans même comprendre ce qui lui arrive à la fin de cet éprouvant travail, voir son petit disparaître pour être probablement transformé en steaks prédécoupés dans les barquettes plastiques de nos Carroufs. 
      Après cette disparition qui fait hurler et pleurer la bête ( non, je n'anthropomorphise pas ), la revoilà perchée sur son estrade afin de lui voler son lait.
      Voilà.
      Et ça, c'est tout simplement impossible pour moi.



      La consommation de lait est donc inutile et délétère à tous les niveaux.
      Même BIO.
      Même sorti du pis de la vache !


      Donc tu ne manges plus du tout de produits laitiers ? Comment tu fais pour remplacer ?
      Non, je ne bois plus la moindre goutte de lait et ne mange aucun yaourt.
      La seule chose que je m'autorise, genre une fois par mois, c'est un mini bout de fromage de chèvre au minimum BIO et au mieux issu d'un petit producteur/fromager BIO.
      Au début, j'ai remplacé les yaourts par des Sojasun aromatisés, très bons d'ailleurs, et puis bof, j'ai arrêté, pas besoin de ça. C'était surtout un remplacement symbolico-psychologico-social.
      Je fais mes smoothies avec du lait d'amande, de riz ou de soja à la vanille. S'il m'arrive de vouloir faire une sauce
      " crémeuse ", de la crème de riz ou de soja.
      ( Je sais, on ne devrait pas dire LAIT végétal, le lait étant réservé au produit issu d'un animal. Mais par commodité vocabularienne hein... vous ne m'en voudrez pas :] )


      Alors, seriez-vous prêt(e)s à arrêter le lait un temps, histoire de savoir quels bénéfices vous pouvez allez en tirer ?


      Pour aller plus loin :


      •  Le livre de Thierry Souccar




      J'espère que cet article vous aura apporté.
      Prenez soin de vous, je vous embrasse,
      Saturne.