samedi 14 juin 2014

Poison quotidien #2 : LES PRODUITS LAITIERS, ou comment j'ai éradiqué pas mal de problèmes comme la migraine carabinée...



Un chocolat chaud et du beurre sur les tartines le matin ; de la crème fraîche dans le risotto, un bout de camembert sur du pain et un nuage de lait dans le café le midi ; du fromage râpé et de la crème liquide dans la soupe, du parmesan sur les pâtes et un yaourt le soir ; et enfin un verre de lait chaud avec du miel avant le coucher pour aider l'endormissement.

Cela vous rappelle quelque chose ? Vos propres habitudes alimentaires peut-être ?
  
♪ ♫  Les produits laitiers sont nos amis pour la Vie ! ♪ ♪ ♫

" Pour votre santé, mangez trois produits laitiers par jour. "

Qui n'a jamais entendu ces slogans et recommandations se manifeste sur-le-champ !
Du coup, à l'écoute du Programme National Nutrition Santé, vous appliquez en confiance et sagement ces conseils diététiques. Et puis il faut dire, c'est tellement bon...

Moi aussi, j'ai longtemps été une " milk-addict ". Mes Chocapic ramollis dans le lait très chaud, c'était sacré. Mon chocolat chaud aussi, comme je l'avais déjà raconté dans mon premier article sur le gluten. Et puis, rappelez-vous, je suis d'origine italienne ! Alors, la Mozza', le Parmesan, le Gorgonzola, sur la pasta et les pizzas... constatez par vous-mêmes ! J'y mets des majuscules sans réfléchir !
Bref, les produits laitiers et moi, ce fut une longue et belle histoire d'amour.

Ce que je n'ai pas évoqué dans mes articles sur le gluten, c'est que le livre du Docteur Jean Seignalet recommandait plus que vivement l'arrêt du lait et de ses dérivés simultanément à celui du gluten. Dont acte, je l'ai éliminé de mon régime.
Non seulement je ne pouvais plus manger de pain et associés, mais en plus je devais dire adieu à mes repas de fromages et mes chocolats chauds T_T
Le challenge était de taille. " Euuh... mais... c'est pas pour embêter hein, mais je vais manger quoi au p'tit déj' ? "

Seulement, vous n'êtes pas sans savoir que ce changement drastique de mon alimentation fut un réel succès ( cf. mes deux articles Poison Quotidien #1 ). Asthme, dépression... Tout cela a disparu si vite !

Alors comme pour le gluten, j'ai voulu comprendre quels mécanismes physiologiques régissaient cette confrontation visiblement délétère du lait et du corps humain. Une fois de plus, j'ai eu de belles surprises :

Ca vient d'où, précisément, cette propension du gouvernement et des organismes de santé à nous saturer la cervelle de pubs nous incitant à boire toujours plus de lait, d'abord, hein ?
Ça date d'après la seconde guerre mondiale. En effet à ce moment-là, l'agriculture se modernise, la production se veut intensive pour nourrir la planète affamée par 6 années de batailles. La traite des vaches n'est plus manuelle mais devient robotisée. La production de lait explose... et on ne sait que faire de ce " fleuve blanc ".
Ainsi, aux États-unis puis en France avec Pierre Mendès-France en 1954, le verre de lait sucré à l'école devient obligatoire, pour des raisons soi-disant hygiénistes et de santé, mais surtout pour faire germer dans la tête du peuple l'idée que le lait est un aliment sain, nutritif, indispensable à la vie humaine, et ainsi rentabiliser et construire un profit juteux autour des millions et des millions de litres de lait extraits de ces pauvres ruminants. Vous n'êtes pas sans connaître la puissance des lobbies laitiers actuellement, conséquence de cette histoire pas si ancienne.

Oui d'accord, les lobbies, tout ça. Mais s'ils disent que c'est bon pour la santé, c'est que ça l'est, sinon il ne le feraient pas !
Mmmh... Pas si sûr ! A mon humble avis, les gouvernements sont des valets à la solde des grands groupes financiers, des trusts et des lobbies qui EUX, dirigent le monde. En 2011 cette production laitière a rapporté à Danone un chiffre d'affaire de 19 milliards d'euros. 19 MIL-LI-ARDS. ( Ça fait 124 milliards de francs, ahahah ! ) En un an. UN AN. Et je ne parle que de Danone !


Alors maintenant que l'on sait ça, regardons de plus près la physiologie :
 

Si l'on se base uniquement sur cette dernière, c'est à dire les lois mécaniques qui gouvernent nos cellules, nous ne sommes pas faits, passés 3-4 ans, pour digérer le lait. C'est un fait. La lactase, enzyme digestive qui permet son assimilation, disparait progressivement à cet âge enfantin.
De plus, l'enfant naît avec cette capacité certes, mais uniquement pour assimiler le lait maternel. Le lait humain. Adapté à ses besoins, riche des défenses immunitaires de sa mère, il correspond à son organisme. C'est l'aliment le plus physiologique qui soit.
A la différence du lait de vache, qui, lui, est naturellement adapté au veau ! Beaucoup plus gras que le lait humain, beaucoup plus riche en protéines complexes et en hormones de croissances, il est destiné à faire prendre au veau 400 kilos en 6 mois !

Intéressons-nous maintenant à ce qui se passe dans notre corps lorsque l'on ingère du lait de vache :
 

La quantité de gras qu'il contient est bien trop importante par rapport aux quantités ingérables par l'être humain. C'est entre autres pour cette raison que l'on a cette sensation de lourdeur après ingestion.
" Heureusement ", l'on a vu arriver les laits demi-écrémés puis écrémés dans les rayons de nos supermarchés. Certes moins gras, ils conservent tout de même leurs protéines complexes, totalement inadaptées au système digestif humain. Ce dernier est infiniment plus apte à recevoir des protéines simples, ou directement des acides aminés, contenus essentiellement dans les végétaux ( Et bim ! J'y reviendrai dans un autre article ).
Or, ces protéines complexes qui arrivent dans l'estomac puis les intestins, ne pouvant être décomposées puis assimilées, se retrouvent tout simplement estampillés de l'étiquette " déchets " dans notre corps. Ces déchets, encore appelés toxines, migrent dans le liquide interstitiel qui baigne nos cellules, le corps ne sachant qu'en faire, et ayant du mal à les évacuer. La faute à notre alimentation moderne ( cf. le gluten, une fois de plus ) qui enflamme les villosités de notre intestin, causant à la fois les bouchons empêchant le passage des nutriments, mais aussi une hyper-perméabilité dramatique, laissant passer les toxines au lieu de les retenir et les éliminer par les selles.
Ce liquide interstitiel - appelé " les humeurs " ( à juste titre ) par les anciens - qui baigne toutes nos cellules permet, dans un fonctionnement optimal normal, leur oxygénation, leur alimentation, et l'élimination de leurs déchets. Or, si ce liquide est complètement pollué, congestionné de toxines, il ne peut plus assurer ses rôles essentiels ! Les cellules sont dénutries, asphyxiées, et ne peuvent plus éliminer leurs propres toxines. C'est précisément là que les ennuis commencent...
De plus, ces protéines complexes sont des éléments extrêmement acidifiants pour l'organisme qui, dans un souci constant d'équilibre acido-basique ( appelé homéostasie ), va tout faire pour contrer les effets de ces attaques. Et comment ? Je vous le donne en mille ! En puisant dans ses propres réserves alcalines que sont ses réserves minérales. Et quelles sont les principales réserves minérales de l'homme ? Ses os, ses dents, ses ongles, ses cheveux...

" Pour lutter contre l'ostéoporose, buvez du lait. "

MAIS.    BIEN.    SÛR.   !!


D'ailleurs, juste comme ça... Les États -Unis sont le pays le plus gros consommateur de lait au monde, et détiennent également le record du taux le plus élevé d'ostéoporose. Le Japon, le pays ou le lait de vache est pratiquement une curiosité, détient le record du plus faible taux d'ostéoporose au monde...
J'aurais pu limiter mon article à cette simple constatation statistique.


Cette congestion du liquide interstitiel ayant d'ailleurs particulièrement lieu dans la sphère haute du corps : ORL et pulmonaire.
Lorsque j'ai compris ce premier mécanisme, j'ai pu faire le lien entre ma consommation relativement élevée de produits laitiers et de nombreux soucis de santé que je pensais sans rapports :
  • Rhume des foins, nez qui démange, qui coule, éternuements = symptômes relatifs au besoin d'élimination de déchets cités plus haut par mon corps.
  • Asthme = évidemment, je compris a posteriori que l'arrêt du gluten ET des produits laitiers signèrent mon salut respiratoire !
  • Peau très sèche qui graaaaaaattte = symptôme signalant le débordement de mes émonctoires principaux, surchargés de travail. La peau étant un émonctoire secondaire, elle tentait de venir en aide à ces derniers en éliminant ce qu'elle pouvait.

Et puis surtout... mes migraines.
Mais alors attention, pas la p'tite migraine de fin de journée hein, non, celle qui démarre par des troubles visuels ou une incompréhension de ce que je vois. Qui se poursuit par des fourmis dans la main, qui remonte le long du bras, dans l'épaule, la langue, puis l'intérieur de la gorge. Le tout suivi d'une aphasie, c'est à dire une impossibilité de parler malgré mon envie, pas moyen d'articuler un mot sans faire : " gaahhehbbeerlllffr " et pour couronner le tout : perte de notion de l'espace ! C'est à dire qu'il m'est impossible de savoir où est la gauche, la droite... Bref, l'horreur, je sais que si on ne l'a pas vécu, ce genre de choses est strictement impossible à concevoir.
Et alors quand ça vous arrive en pleine nuit, laissez-moi vous dire que lol.
Et puis la douleeeeuuuur, mes aïeux, la douleur...

Batterie d'examens, ophtalmo, scanner, IRM...    Rien.       " Le stress, probablement. "

C'est cela ouiiii.

Et puis mes ongles sapristi ! Mes ongles ! Je n'avais pas des ongles mais du papier crépon ! Le genre qui s’effeuillent, se cassent, se déchirent, se dédoublent, ne poussent pas... Je cassais régulièrement celui du pouce en ouvrant tout simplement le clapet d'une bouteille de ketchup, par exemple Ö_Ö
Nan mais, des horreurs ! J'avais honte de mes mains pour le coup...

 
Laissez-moi vous dire que tous ces boulets se sont naturellement décrochés de ma cheville quelques semaines voire mois après l'arrêt de ces deux substances.

La preuve !
Regardez moi ces merveilles naturelles. Des petits joyaux brillants et forts !




Le seul symptôme qui va me prendre du temps à contrer, preuve que cette satanée alimentation moderne " populaire " à base de céréales et de produits laitiers m'a bien déminéralisée, ce sont mes cheveux blancs, que j'ai vu apparaître à l'âge de 13 ans ( !! ). Eh oui, pour contrer les attaques acides, les cheveux sont aussi un stock minéral. Leur blanchiment témoigne d'une déminéralisation assez présente. Mais alors à 13 ans quoi...
Même s'ils sont localisés et pas non plus trèèèèès nombreux, ils me complexent beaucoup. Je voudrais laisser mes cheveux libres, mais je m'astreins à un henné bimensuel, quand les racines se voient trop.
Par contre, je sais, je suis convaincue même, que mon mode de vie physiologique va rétablir leur couleur d'origine, une fois ma reminéralisation assez avancée !

C'est bien beau ton histoire mais, et le calcium ? Le lait c'est quand même la source number one !
Ah ! Le calcium ! Voilà bien un autre mythe qui a fondu comme beurre au soleil quand je me suis intéressée de plus près au sujet Lait.
OUI, c'est vrai. La lait est bourré de calcium. Le problème, c'est que notre lait est pasteurisé. C'est à dire cuit ! C'est à dire mort.
Aucun minéral ni aucune vitamine ne survit à un passage, même de trois secondes, à 150°C. Donc les minéraux que vous buvez avec le lait sont inertes.
Or, nous sommes ce que l'on appelle des êtres hétérotrophes, contrairement aux plantes qui elles sont autotrophes. Cela signifie que les plantes, par le biais de la photosynthèse, peuvent produire des minéraux organiques à partir des minéraux inertes de la terre. Ce qui nous est impossible. Les minéraux les plus adaptés à notre condition d'humain sont donc : les minéraux issus des végétaux ( Et re-bim ! )
Le calcium inerte du lait se retrouve donc également à l'état de déchet dans notre corps et s'accumule sous forme de.... calculs ! Merci, bonsoir.
Ajoutons à cela notre histoire de congestion du liquide interstitiel dans la sphère ORL : dans cette dernière se trouve, au niveau du larynx, nos glandes thyroïdes et para-thyroïdes, sollicitées dans l'utilisation du calcium pour la construction osseuse, etc. Si cette glande est formée des mêmes cellules dénutries, asphyxiées et polluées, ces glandes ne peuvent fonctionner et l'utilisation du-dit calcium est quasi-nulle !

Mais... on le trouve où alors, le calcium ?
Mais dans tout ce qui est physiologiquement adapté à nos besoins !! La nature est merveilleuse ! Elle a absolument tout prévu ! C'est à dire dans tous les végétaux, tous les fruits, les noix, les graines ( germées ou non ), les feuilles bien vertes, etc !
Du minéral bio-disponible directement assimilable par l'organisme, transformé avec générosité et abondance par les plantes et le soleil, gorgé d'énergie électro-magnétique sans laquelle nous ne serions rien !

Tu veux des exemples ? Tu peux trouver des masses de calcium de première qualité dans :
  • les " noix " : amandes, noisettes, noix de cajou, de pécan,...
  • les feuilles très vertes : choux, blettes, épinards, cresson, salades bien vertes...
  • les fruits : agrumes, pastèque, figues, et tous les fruits secs !
  • les graines : de sésame, de lin, pistaches...
  • les graines germées de tous poils : une incroyable source de nutriments !!
  • les algues : toutes les algues !
  • mais aussi les légumes : carottes, potiron, patate douce, concombre...
Le tout est d'en manger beaucoup et de manière très diversifiée :)
En insistant particulièrement sur les feuilles vertes, qui sont des bombes alcalines extrêmement importantes pour nos organismes épuisés, vidés de leur contenu minéral.

C'est pour cela qu'investir dans un extracteur de jus à rotation lente est probablement la meilleure chose que vous pouvez faire pour rendre service à votre santé, et la retrouver.
Ce sera le sujet d'un prochain article nutrition et santé.


Je voudrais aussi faire un point sur la qualité du lait servi dans les bouteilles plastiques de nos grandes surfaces ( je ne parle pas ici du lait BIO ).
Physiologiquement parlant, nous avons vu que " l'élément-lait ", la " molécule-lait " si je puis dire, n'était, de base, pas adapté au corps humain.
Mais cette affirmation prend une dimension encore plus vertigineuse lorsque l'on s'intéresse à la composition même de cet aliment, ce produit.
Les vaches ne sont plus nourries dans les champs, à brouter tranquillement la luzerne grasse des pâturages, qui assurait au lait la présence d'Oméga 3, essentiels au maintien de la santé humaine par des processus sur lesquels je reviendrai dans un prochain article.
Elles sont enfermées, nourries avec un mélange de soja et de maïs, céréales toutes deux bourrées d'oméga 6 et 9, entrant en jeu dans la multiplications des cellules graisseuses et leur capacité à se remplir plus ou moins rapidement dans notre corps ! Le lait est donc, pour raccourcir franchement, un bon candidat pour le surpoids... Notre alimentation étant énormément dépourvue d’oméga 3 qui contrebalancent les effet des oméga 6.
De plus, ces pauvres bêtes ne sont plus considérées que comme des machines à produire du lait. Résultat : leurs pis, irrités par le contact des suceurs, macérant dans ces engins à peine nettoyés, affaiblis par la folle productivité à laquelle on contraint ces animaux, développent des infections appelés mammites. Ces mammites produisent du pus qui tombe allègrement dans votre lait. Ah si si !
Et évidemment, comble du bonheur, ces braves bêtes sont soignées à grand renfort d'antibiotiques... qui tombent eux aussi, vous savez où.

Les bébés souffrent de bronchiolites, d'otites à répétition, les enfants développent des résistances aux antibio, l'asthme se développe à tout va, l’eczéma et les allergies aussi, mais...
" Gallia, après le vôtre, probablement l'un des meilleurs laits "

OUI.    TOUT.   VA.   BIEN. 

Sans parler des contenants en plastique bourrés de perturbateurs endocriniens comme le bisphénol A qui a la fâcheuse tendance de migrer avec opiniâtreté dans les corps gras, le lait n'en étant pas dépourvu, au contraire !


Pour finir, je ne peux faire l'impasse sur l'éthique.
Que cela passe pour de la sensiblerie, à vrai dire, ça m'est égal, j'assume complètement. C'est aussi une des raisons qui m'a fait arrêter le lait. Ce n'est pas une invitation au débat, c'est une description de faits, surmontée d'une bonne dose de révolte personnelle.
Je serai brève.
Pour qu'une vache ait du lait, il lui faut faire un veau.
Dans nos sociétés modernes, les vaches ne sont plus montées naturellement par des taureaux, mais tout simplement violées par un inséminateur qui va enfoncer son bras jusqu'à l'épaule dans le vagin de cette innocente bête qui n'a rien demandé. Suite à cela, elle va porter son veau, accoucher, et sans même comprendre ce qui lui arrive à la fin de cet éprouvant travail, voir son petit disparaître pour être probablement transformé en steaks prédécoupés dans les barquettes plastiques de nos Carroufs. 
Après cette disparition qui fait hurler et pleurer la bête ( non, je n'anthropomorphise pas ), la revoilà perchée sur son estrade afin de lui voler son lait.
Voilà.
Et ça, c'est tout simplement impossible pour moi.



La consommation de lait est donc inutile et délétère à tous les niveaux.
Même BIO.
Même sorti du pis de la vache !


Donc tu ne manges plus du tout de produits laitiers ? Comment tu fais pour remplacer ?
Non, je ne bois plus la moindre goutte de lait et ne mange aucun yaourt.
La seule chose que je m'autorise, genre une fois par mois, c'est un mini bout de fromage de chèvre au minimum BIO et au mieux issu d'un petit producteur/fromager BIO.
Au début, j'ai remplacé les yaourts par des Sojasun aromatisés, très bons d'ailleurs, et puis bof, j'ai arrêté, pas besoin de ça. C'était surtout un remplacement symbolico-psychologico-social.
Je fais mes smoothies avec du lait d'amande, de riz ou de soja à la vanille. S'il m'arrive de vouloir faire une sauce
" crémeuse ", de la crème de riz ou de soja.
( Je sais, on ne devrait pas dire LAIT végétal, le lait étant réservé au produit issu d'un animal. Mais par commodité vocabularienne hein... vous ne m'en voudrez pas :] )


Alors, seriez-vous prêt(e)s à arrêter le lait un temps, histoire de savoir quels bénéfices vous pouvez allez en tirer ?


Pour aller plus loin :


  •  Le livre de Thierry Souccar




J'espère que cet article vous aura apporté.
Prenez soin de vous, je vous embrasse,
Saturne.





17 commentaires:

  1. Encore une fois, un article très intéressant, bien documenté, bravo !
    Je suis bien décidée à tenter d'éliminer les produits laitiers de mon (notre !) alimentation :) Comme je te le disais dans un commentaire d'un précédent article, nous avons déjà banni le lait de vache dans nos bols le matin et l'avons remplacé par du lait de riz. Mais nous consommons encore des yaourts (y compris au lait de brebis et de chèvre), du fromage (camembert, emmental râpé, mozzarella -pas Italiens nous, mais on aime ça sur nos quiches aux légumes !!- etc.)
    J'ai allaité mon 1er fils pendant 34 mois dont 5 en exclusif, et je compte bien faire autant que possible pour le 2è, qui approche la diversification le mois prochain ;) Le 1er n'a pas eu beaucoup de lait de vache (si ce n'est à la crèche), on lui a donné, après que j'ai arrêté de tirer mon lait, du lait de chèvre, puis quand il a arrêté de téter le matin, il est passé au lait de riz. Après, il en consomme quand même, chez les grands parents ou au goûter à l'école. Il est par contre fana d'emmental râpé sur tout et n'importe quoi (même les brocolis !), ça serait dur pour lui de s'en passer ^^
    Je te tiendrai au courant de notre expérience ! :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup Steph, ravie que mon article t'ait plu !
      Je t'encourage vraiment dans cette expérience, et pour les brocolis, pourquoi ne pas tenter une sauce tomate maison, avec du basilic frais, avec un peu de sucre de canne complet, histoire de faire un ketchup naturel et très goûtu ? Le faire avec lui pourrait attiser son intérêt !
      Ou un fromage végétal à base de noix de cajou émietté ? délicieux !
      Tiens-moi au courant, oui ! Je serai ravie d'avoir des nouvelles de l'avancée que je sais déjà joyeuse !

      Supprimer
  2. Super intéressant, je suis végétarienne et j'en suis à ma phase yaourt au "lait" de soja, et au brebis bio les jour de fête... je partage, c'est si bien dit et j'ai tant de mal à me JUSTIFIER (eh oui) de mes choix...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Salut May ! Bienvenue !
      Merci beaucoup pour le partage, mais quant à la justification, ne perds pas de temps. Fais ton chemin, et avec le temps et la régénération, fais envie, là les gens s'intéresseront à ton mode de vie. Se justifier c'est être déstabilisé :)
      Je t'embrasse.

      Supprimer
  3. " Euuh... mais... c'est pas pour embêter hein, mais je vais manger quoi au p'tit déj' ? "
    ben je me suis dis la même chose ! en bon breton ma demi baguette beurrée tout les matins me paraît indispensable et je ne sais surtout pas par quoi la remplacer. Malgré ce que je mange j'ai quand même des fringales vers 11h/midi.
    alors j'ai lu dans ton premier article : "des fruits, des fruits secs, des yaourts de soja, des jus du commerce."
    je peine à croire que je vais pouvoir m'en contenter ! et des fruits rn hiver c'est moyen nan ? tu fais comment ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ahahah !! Eh bien figure-toi que je m'en suis très bien sortie ! Avec un bon litre de smoothie banane-pomme-canelle, ou avec un bon litre de jus d'orange + des amandes + des bananes, ou une grosse salade de fruits + un yaourt de soja au chocolat, etc.
      Toutes les combinaisons sont possibles ! Il faut juste quitter le paradigme pain-beurre-confiture-café qui n'apporte en faits aucun élément nutritif, et oser de nouveaux schémas alimentaires :)
      Je mange même de la soupe au petit dej maintenant, un avocat souvent aussi, j'adore ça !

      Faut dire aussi qu'avec le mode de vie physiologique, mon corps retrouve ses rythmes naturels. Donc le matin, avec la dose de cortisol sécrétée par les surrénales entre 6h et 9h environ, nécessaire au réveil et qui bloque la faim, je ne mange qu'à partir de 11h... Je ne peux plus manger à 8h maintenant, ça m'est strictement impossible :)

      Supprimer
    2. Ah ! Et pour les fruits en hiver, je saute sur les agrumes, les pommes, les poires, les avocats les bananes ( disponibles toute l'année ) :)
      Les fruits secs comme les figues, les dattes et les abricots sont une bonne alternative aussi, pleins d’énergie ! Mais il faut les faire tremper quelques heures pour qu'ils soient plus digestes.

      Supprimer
    3. Même si ma réponse ne va pas dans le sens de "manger des fruits" (aussi je ne m'étendrai pas ^^), je me permets de répondre sur le fait que malgré la 1/2 baguette tu aies des fringales en fin de matinée : c'est parce que la baguette est faite à base de farine blanche. Manger du pain complet est plus rassasiant :)

      Supprimer
    4. Et la farine blanche étant hyperglycémiante, elle induit un pic d'insuline très fort qui fait apparaître ces fringales. Manger des fruits à l'index glycémique plus bas ne va pas induire cette réaction. C'est du vécu quotidien ^^

      Supprimer
  4. Merci pour cet article très complet qui me fait prendre conscience des choses. Je ne bois presque pas de lait parce que je n'en ai pas envie et mange peu de yaourth à part par gourmandise et de temps en temps du fromage. En fait j'écoute les envies de mon corps qui sait mieux que moi ce qui me va bien sans tenir compte des modes.

    Je ne mange pas assez de légume alors que j'en ai envie parce que je ne sais pas très bien les cuisiner et que mon mari n'aime pas ça, enfin il ne fait pas trop d'efforts.

    Je voudrais avoir plus de temps pour cuisiner mais c'est vraiment la course en ce moment.

    www.debymagazine.com

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci à toi Deby, sois la bienvenue !
      Si tu sais couper des légumes et faire une vinaigrette, tu sais cuisiner les légumes ;))
      Les bonnes grosses salades y'a que ça de vrai : c'est facile, rapide, et trop bon <3

      Supprimer
    2. Et puis, couper les légumes, hop au cuit vapeur, et c'est tout ! Pas besoin de faire de la "grande cuisine" pour bien manger ! Eventuellement un peu de pesto pour accompagner et donner du goût, il n'en faut pas plus ;)

      Supprimer
  5. "et ça, c'est tout simplement impossible, pour..." ... ben pour tout le monde en fait. Non?
    Une nouvelle fois je me prends un uppercut virtuel qui enfonce le clou, merci pour ce progrès personnel qui n'aura à coup sûr aucun impact pour le traitement des animaux, mais aussi certainement un allègement de ma propre conscience et donc de mon énergie. Cautionner ce système innommable, je crois qu'en effet ce n'est vraiment plus possible. Pour les dilemmes métaphysiques relatifs au "mais qu'est-ce que je vais bien pouvoir manger alors?", je pense qu'une petite mise en perspective s'impose.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Salut à toi et bienvenue !
      Merci pour ton commentaire :)

      " ben pour tout le monde en fait. Non? "
      Eh bien figure-toi qu'après en avoir parlé avec de nombreuses personnes, force est de constaté que la condition animale actuelle n'est pas un sujet de révolte pour tout le monde, à mon immense regret. Cela a même pu passer pour de la sensiblerie de ma part. Et ça m'a fait hurler dedans moi -__-

      En tout cas, bravo pour ton ouverture d'esprit, et si cet article peut être la pichenette nécessaire à une prise de conscience suivie d'une belle décision, eh bien j'aurai gagné ma journée.

      Enfin, je pense que c'est nous, consommateurs, avec notre porte-monnaie, qui avons réellement le Pouvoir. Alors si, SI, ça peut changer les choses pour la cause animale. Si un max de gens concernés s'y mettent, on peut changer les choses et le monde, j'en suis convaincue :)

      A bientôt !

      Supprimer
  6. AH ....... Manger sain!!!!

    Pour des raisons "médicales" personnelles qui n'ont rien à voir avec une démarche écologiste, j'ai totalement modifié mon alimentation ...
    SANS VIANDE, SANS LAIT, SANS FROMAGE, SANS CEREALES abusivement traitées ...
    Après un an de ce régime légumier, j'ai fait faire des analyses poussées (une belle partie sans prise en charge) qui ont montré que je n'avais pas de carence ....
    Comme je suis ménopausée, j'ai pris la précaution de boire une eau minérale excessivement dosée en calcium et magnésium.
    Pour éviter les problèmes de manque de zinc et de B12 je mange 6 huitres par semaine. Pour ceux qui refusent à cause du mercure ... Mes huitres viennent d'une partie isolée du Maroc, bien à l'abri des usines;

    Pour les autres nutriments, l'ensemble des légumes, des fruits frais et secs, de l'huile, des céréales encore vivantes (c'est simple, on y trouve des petites bêtes après 2 mois de conservation)conviennent parfaitement pour nous nourrir.

    Le plus compliqué est d'aller au restaurant avec les amis .... Il n'y a pas de menu adapté pour moi!!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Attention Novami, les minéraux contenus dans les eaux de sont pas assimilables par le corps car nous sommes des êtres hétérotrophes : nous devons passer par la transformation des végétaux grâce à la photosynthèse pour assimiler les minéraux. Boire de telles eaux ne fait que surcharger tes reins de travail et ton corps de... cailloux en poudre ;)

      Supprimer

Une question, une réflexion, une découverte, un partage ? Commentez !