jeudi 4 septembre 2014

Les erreurs classiques du végétarien débutant


Quand on souhaite se diriger vers l'alimentation physiologique, en règle générale ( et c'est conseillé ), on procède par étapes : végétarisme, végétalisme, veganisme, option crudivore puis frugivorisme.

Je souhaitais donc aborder avec vous les différentes erreurs que j'ai faites lors de mon passage au végétarisme. Parce que je me suis rendue compte qu'elles ne m'étaient pas propres et qu'elles se retrouvaient chez nombre de végétariens, débutants ou non, d'ailleurs.
Ces erreurs pouvant parfois nous mener dans des parcours de santé pour le moins douteux voire délétères. Nous verrons donc que ce n'est pas parce que c'est VG que c'est systématiquement santé !





I ) Première erreur classique : la peur des carences.

        • Les protéines :

Aaaah le mythe des protéines. J'en ai moult fois parlé, notamment dans cet article. Alors je ne vais pas m'étendre pendant trois ans, mais juste vous rappeler la composition en pourcentages caloriques du lait maternel, unanimement reconnu comme l'aliment physiologique par excellence, aliment unique du bébé qui va doubler sa taille et sa masse en deux ans, c'est à dire au point le plus fort de sa croissance :
  • 53% de graisses
  • 41% de sucres
  • et 5% de protéines LIBRES ( c'est à dire d'acides aminés, pas de protéines complexes )
A savoir bien en dessous des 10 à 15% de protéines recommandées par nos autorités, alors que nous sommes des adultes et que nous ne grandissons plus...

Donc comme nous sommes maintenus dans ce système de peur et d'angoisse avilissantes permanentes, on va tout faire pour pallier à ces inquiétudes totalement infondées, issues d'un bourrage de crâne séculaire après qu'un scientifique a décrété que la protéine était " l'élément noble de notre alimentation ", et qu'il fallait absolument la consommer en quantité ( cf. le rapport Campbell ).

Pour cela, le végétarien qui veut bien faire va se protéiner la tronche à grands coups du fameux combo céréales + légumineuses... Ça part d'un bon sentiment ! Les céréales et les légumineuses ne présentant pas les mêmes protéines, leur association permettrait un équilibre dans ce domaine précis.

Le problème c'est que tout cela apporte un nombre bien trop important de protéines par rapport à la quantité physiologique nécessaire à notre bon fonctionnement, et qu'en plus, c'est encore une fois ingérer une belle masse de colles qui va nous boucher les intestins au mieux, apportant son lot de constipation, ballonnements, déminéralisation, j'en passe et des meilleures, voire carrément  enflammer notre tuyauterie dans le cas du gluten ( je vous renvoie à mon article ).

Il y a une autre option à la contre-attaque de la carence protéinique du VG débutant : les noix.
Quel végéta*ien ne s'est pas entendu dire : " il faut que tu manges beaucoup d'amandes si tu ne manges pas de viande " !
Et là, soyons logiques : les noix ( classiques, du brésil, de cajou... ), les amandes, les pignons, les noisettes... tous ces délicieux oléagineux ont un point commun.
Lequel ?
Ils poussent dans des coques dures comme du bois ! Dont certaines ( comme les amandes sauvages que j'ai cueillies pendant les vacances ), ne s'ouvrent qu'à grands coups de marteau !
Ce qui signifie très logiquement qu'en manger des quantités, écossées par centaines dans leur sachet plastique de grande distribution, c'est une hérésie alimentaire. On ne devrait en manger qu'une dizaine par jour.
Encore une fois la nature est bien faite : parce que ce sont des bombes de micro et macro-nutriments, il faut les mériter à coups de pierres, et on ne peut pas, dans la nature, en manger de grandes quantités à moins de passer outre les ampoules qu'on a aux mains ! :)





Enfin, la dernière parade anti-carence, et donc la dernière erreur : se gaver de laitages.
Les laitages sous toutes leurs formes. Fromage, lait, yaourt... Le problème c'est que passé un certain âge le corps n'est plus enzymatiquement adapté pour digérer le lait. Lait qui provoque nombre de déchets toxiques dans le corps puisque nous le consommons pasteurisé, donc cuit, donc mort. J'ai consacré tout un article là-dessus, je vous laisse le consulter pour tous les détails sur cet aliment aux bienfaits vantés scandaleusement mensongers. Pour le moins.


        • Le fer :

Depuis que je suis frugivore, je n'ai jamais eu un taux de fer aussi élevé...

Pourquoi ?

Parce qu'encore une fois, la cuisson détruit le caractère biodisponible/assimilable des minéraux à partir de 100°C. Comme on cuit plutôt la viande à forte chaleur pour les grillades et très longtemps pour les mijotées, lorsqu'on la mange, le fer est devenu inerte et n'est plus assimilable par l'organisme.
Quand j'étais encore omnivore, mon taux de fer frôlait l'insuffisance, j'étais vraiment vraiment au bas de l'échelle. Je ne sais plus en quelle unité on mesure les taux de fer, mais mettons que ce soit en µg/mol, la fourchette normale se situait entre 10 et 100 et je me situais à 12...
Lors de ma dernière prise de sang, j'étais à 72 !
Comme je mange énormément de feuilles vertes crues, riches en fer biodisponible, je le fixe ! Et a fortiori avec les quantités de vitamine C que m'apportent les fruits, l'assimilation est encore facilitée.







        • La vitamine B12 :

Ça aussi c'est le grand truc des anti-VG : " si tu ne manges pas de viande, tu n'auras pas de B12 et tu vas mourir. ".
Bien bien bien.

Alors encore une fois la vitamine B12 se retrouve dans la viande parce qu'elle est ingérée avec la terre qu'avalent les ruminants et les gallinacées.
- Achetez donc des légumes BIO de pleine terre, ne les lavez que modérément et vous n'aurez aucun souci de vitamine B12 !
- Si vous avez un jardin préservé de la pollution, genre pas un balcon à paris quoi, vous pouvez cueillir des plantes sauvages comme les pissenlits ou le chardon marie et les ajouter à vos jus ! Excellent pour la sphère hépatique ( un peu amer certes, alors on y va piano ), et plein de B12 :)
- Sinon, au pire, en mangeant un morceau de fromage de chèvre ou de brebis de temps en temps ( j'insiste: de temps en temps ), vous aurez votre B12.
- Et enfin si vous êtes VRAIMENT angoissé(e) de la vie, prenez un complément alimentaire et basta cosi.





II ) Deuxième erreur classique : penser systématiquement que VG = Santé.

Eh oui !
Nourrissez-vous de pâtes, de pain et de fromage, de chips, de frites, de pizzas végétariennes, de riz blanc et de légumineuses, ah ben c'est sûr, c'est végétarien, mais je ne donne pas cher de votre santé ( et de votre ligne ) à très court terme !

Très honnêtement, éthique mise à part, si l'on parle santé, il vaut mieux un régime crétois bien mené ( c'est à dire avec beaucoup de fruits et légumes et un peu de viande blanche + poisson )  qu'un régime végétarien de cette sorte.

Petit point aussi sur les jus de fruits du commerce : fuyez-les.
Tous, sans exception.
Boire un jus de fruits qui n'est pas fraîchement extrait dans votre cuisine revient à boire de l'eau sucrée avec un goût. La pasteurisation détruit la moindre parcelle de vitamine et celle que l'on rajoute artificiellement s'est évaporée quand les bouteilles arrivent en rayon.
Bref. Mangez des fruits, ça vous reviendra moins cher et vous aurez là de réels bienfaits.



II ) Troisième erreur classique : oublier que manger végétarien c'est avant tout faire la part belle aux fruits et légumes.


Végéta-*ien : appartient au champ lexical de " végétal ".

Nombre de VG que j'ai pu rencontrer oublient cet élément principal et essentiel et se contente de "ne pas manger de chair animale " !!
Si vous voulez réussir votre transition alimentaire, augmentez con-si-dé-ra-ble-ment votre part de fruits et légumes ! Le plus possible crus en fonction de la tolérance et du taux d'inflammation intestinale, et sinon cuits à la vapeur douce.
Parce que sinon, et lisez bien ces mots : c'est voué à l'échec et vous allez vous retrouver dans un état de santé aussi déplorable qu'un omnivore moyen.





II ) Conclusion :

Pour conclure je dirais que je pense très très honnêtement qu'une fois ce processus engagé, il faut aller jusqu'au bout. Je suis infiniment convaincue que le végétarisme n'est pas une fin en soi, mais juste une étape pour aller vers le frugivorisme qui est notre réel mode d'alimentation physiologique.

OUI je suis moi-même passée par ces étapes successives, parce que je tâtonnais et ai appris toute seule, OUI on doit s'adapter progressivement à ce nouveau mode de vie, OUI on doit écouter son corps et aller à son rythme, mais le végétarisme est vraiment une étape, une escale.
Gardez ceci en tête, et vous verrez de toute façon que naturellement, au fil du temps, vous aurez envie d'aller plus loin, et vous vivrez sûrement cela comme une libération.

Évitez donc au maximum, pendant ces périodes de transitions, d'intoxiquer plus encore votre corps, en consolant vos frustrations d'absence de viande par des tonnes de tartines et de fromage.
Éthique mise à part, la viande ( crue et en quantité congrue encore une fois ), par son apport en hormones et neuro-transmetteurs, peut être nécessaire pour des personnes vraiment épuisées nerveusement. Alors faites les bons choix.


Si de toute façon votre but est d'aller vers l'alimentation physiologique, prenez le temps de faire les choses bien, pour ne pas céder aux frustrations engendrées par une conduite précipitée et irréfléchie.



Pour aller plus loin :


  • Le site de Thierry Casanovas " Vivre Cru ", une mine d'informations à glaner au travers de centaines de vidéos : www.vivrecru.org
  • The Miracle Detox Sourcebook, une fois encore : 

  • Le Rapport Campbell : 





J'espère que cet article vous aura apporté.
Prenez soin de vous, je vous embrasse,
Saturne




4 commentaires:

  1. Effectivement il y a énormément de croyances, j'allais justement écrire un article sur mon blog sur le même sujet.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et encore ! cette liste n'est pas exhaustive, loin de là ! Peut-être complèterai-je cet article au fil du temps et de mes souvenirs :)
      Mais je pense que ce sont là les principales, à mon sens.

      Supprimer
  2. Chère Saturne, je me permets de t'écrire car j'ai suivi de prés les publications de ton blog, c'est même grâce à tes articles que j'ai commencé l'alimentation vivante et le rythme de vie physiologique... Donc déjà, MERCI! ;-) Je constate que tu n'as plus publié depuis un moment, par manque de temps peut-être...? Bref, je te suis aussi sur les réseaux sociaux et j'ai cru comprendre que tu as eu un bébé. Je me demandais si tu comptais publier un article sur ta façon de vivre les choses en étant mère, vas-tu faire suivre ce mode de vie à ton enfant...? Plein de questions que je me pose moi qui sera sûrement maman un jour! :-) Tu l'auras compris Saturne, je suis en manque de tes articles tellement bien écrits et complets! En te remerciant par avance et en te souhaitant plein de bonnes choses, a bientôt! Camille

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Salut Camille !
      Navrée de cet infini délai de réponse, mais oui en effet, ma vie a vécu quelques bouleversements, et je n'ai plus eu la possibilité de revenir à mon cher blog...
      Merci beaucoup pour ton soutien et ton enthousiasme, j'espère que ton Chemin est beau depuis ces changements de mode de vie !
      Je vais revenir très bientôt oui, j'ai l'irrépressible élan de retoucher à ce blog depuis des mois, et foi de moi 2018 c'st la bonne !
      A très bientôt !

      Supprimer

Une question, une réflexion, une découverte, un partage ? Commentez !