mardi 21 avril 2020

L’heure est grave, le temps est à l’Action !


Bonjour à toutes et tous,

J’espère que vous êtes en bonne santé, heureux, et que ce temps de confinement vous est utile et fructueux, malgré notre évidente impatience ( je pense surtout à nous autres citadin.e.s ), de pouvoir remettre les orteils dans l’herbe, et serrer nos ami.e.s dans nos bras 😖


Alors non, ce titre n’est pas du tout racoleur, il ne se veut pas gratuitement catastrophiste, il est le reflet d’une réalité dramatique que ce confinement m’a permis d’entraver pleinement, avec toute la gravité absolument nécessaire.

Cet article ne va pas être sympathique à lire, en tout cas au début. Ce n’est en effet ni sexy, ni plaisant de se confronter aux réalités que je paraphrase ici. Mais si je peux attirer l’attention d’une, deux, dix, cent personnes, ce sera déjà magnifique.







Évidemment, si j’ai créé ce blog, c’est parce que la question environnementale, la question de notre bien-être et, conséquemment, de notre rapport avec tout le Vivant, sont pour moi des priorités.
Or, pendant ce temps ralenti propice à la réflexion et au développement personnel, je suis tombée, par « hasard » sur une vidéo Facebook Watch de la page « Brut. », qui donnait la parole à Aurélien Barrau sur le désastre climato-écologico-planétaire qui est en train de se passer en ce moment même, entamé depuis des décennies maintenant, dans le déni politique, médiatique et sociétal le plus cynique.

J’ai donc à la fois fait « la rencontre » de cette personne incroyable, cet humain prodigieusement éclairé qu’est Aurélien Barrau, ( astrophysicien spécialiste des trous noirs moult fois récompensé pour son travail, docteur en philosophie, écrivain, poète de passion, le tout saupoudré d’un rhéteur extraordinaire, pédagogue majestueux au verbe précis, modeste, et jamais condescendant ; bref, mon nouveau héros ! ), mais aussi de son discours, révélant ladite catastrophe en cours que, je l’admets bien humblement, j’étais loin d’imaginer aussi MONSTRUEUSEMENT ALARMANTE.

Cela a eu l’effet d’une gifle magistrale, et m’a fait prendre conscience qu’il faut agir.
MAINTENANT.
Tous et toutes.
DRASTIQUEMENT.
L’heure n’est plus au consensus mou, l’heure n’est plus au renvoi de balle obscènement trop facile.



L’heure est à l’ACTION individuelle, locale, ET globale.




I- Bref état des lieux


Je ne ferai ici qu’un court résumé non-exhaustif de ce que les climatologues/collapsologues/scientifiques de renom n’ont de cesse de clamer depuis les années 70. Si vous voulez en savoir plus, consacrez une heure et quart de votre vie au visionnage salutaire de cette conférence : 



Aurélien Barrau : Comment habiter maintenant la Terre ?





Et deux autres heures au visionnage de celle-ci, tel un devoir de Citoyen du Monde : 


La planète est-elle ( vraiment ) foutue ?



En gros, depuis 10 ans ( 10 ! Pas 40 ou 50 ! 10 ! C’est à dire depuis 2010 ! ) :
- Nous avons perdu 67% de la biomasse dans la branche du vivant qui compte le plus d’espèces et d’individus. Cela signifie que l’on a perdu LES DEUX TIERS des êtres vivants dans la branche qui en contient le plus grand nombre. La VIE est en train de s’effondrer sur Terre dans une échelle de temps jamais vue dans l’Histoire. EN DIX ANS je le répète. Et AUCUNE branche d’espèce n’est épargnée par cet effondrement de la Vie Terrestre.
- la MOITIÉ des points de non-retours climatiques ont d’ores et déjà été atteints. Beaucoup plus rapidement que ce que les spécialistes avaient prévu.

Depuis 40 ans :
- On estime entre 400 Millions et 2 Milliards le nombre d’oiseaux qui ont été tués directement ou indirectement à cause des dérives humaines, 60% des animaux sauvages ont été exterminés, 80% des insectes volants sont morts, 88% des espèces de poisson d’eau douce ont décliné.

Actuellement :
- MILLE MILLIARDS ( ça fait ça : 1 000 000 000 000. Ça fait beaucoup de zéros hein..! 😐 ) de poissons sont pêchés/tués      CHAQUE      ANNÉE
- En France, on perd chaque décennie l’équivalent de 2 départements d’espaces vierges... À ce rythme là on va pas aller très loin, et c’est peu de le dire...
- 96% de la biomasse ( c’est à dire le nombre total d’individus ) des MAMMIFERES, dont nous faisons partie, je le rappelle au cas où..., sont des animaux d’élevage destinés à l’abattage.
- 25000 personnes meurent de faim dans le Monde CHAQUE JOUR alors que 34% de la production alimentaire mondiale est jetée et gaspillée.

1 million d’espèces sur 7 sont menacées de disparition à très court terme.

Dans 30 ans :
- on estime entre 200 et 600 millions le nombre de réfugiés climatiques de par le monde ; ce qui donnera FORCÉMENT lieu à des conflits armés extrêmement violents, vu notre capacité à accueillir les étrangers/réfugiés démunis à l’heure actuelle...
- on estime que 44% des populations seront en stress hydrique, avec un accès à l’eau au mieux rationné, au pire inexistant !


Les Êtres Humains représentent 0,01% des Vivants 
et sont à l’origine de 85% des MORTS.


J’en passe et des meilleures.

C’EST ABSOLUMENT DESASTREUX. IL EST GRAND TEMPS DE NOUS RÉVEILLER.



Magritte - « Le Faux Miroir »




II - Quelles solutions pouvons-nous apporter ?


OUI, les grandes industries font des dégâts colossaux, OUI, l’économie capitaliste et la course à la croissance sont une cause majeure de cet affreux déclin, OUI les lobbies qui ne servent que leurs propres intérêts ont un pouvoir décisionnel inimaginable, OUI on peut penser qu’avec tout cela, agir tout seul dans son minuscule coin... « boarf, à quoi bon ? ».

Mais justement ! Si nous attendons que ces mêmes industries ou ces mêmes politiques s’y mettent, on peut encore attendre longtemps. Nous sommes la Force du nombre, et si chacun.e fait des efforts dans son coin, on peut changer les choses.


Naïf, mignon et utopique mon discours ? Peut-être. Sans doute.


Mais en tout cas, moi, comme dirait le colibri de l’histoire de Pierre Rabhi : « je fais ma part. ».
Et si chacun.e en fait de même, on peut significativement imprimer un nouveau modèle, plus éthique, plus solidaire, plus en accord avec la Nature et les autres Vivants, quelle que soit leur espèce.
Soyons le raz-de-marée du Renouveau.



Je vais vous livrer ici ce que j’ai changé, ce que je suis en train de changer, et ce que je m’apprête à changer dans mon quotidien pour apporter ma pierre à l’édifice d’un monde meilleur. Qui sait, cela pourra peut-être vous donner des idées, enrichir ce que vous faites déjà, vous aider à mettre en place de nouvelles habitudes. En tous les cas, cet Avenir ne pourra tout simplement ÊTRE que si nous mettons TOUS la main à la pâte. On en est clairement là.







     1. Ce que je fais déjà :

  •  Je suis végétarienne depuis 20 ans cette année. Je commence par là ( même si je sais pertinemment que cela va déplaire à beaucoup de monde... mais je n’écris pas cet article pour vous faire plaisir, c’est dit ! 🙃 ) parce qu’il me semble ÉVIDENT que le végétarisme, ou tout du moins la réduction drastique de l’alimentation carnée est une urgence absolue, l’industrie de la viande étant l’une des plus polluantes, des plus dramatiques en terme de santé des personnes, et en terme d’éthique envers ces êtres sensibles qui sont tout bonnement massacrés à l’issue de ce que l’on peut appeler une « non-vie ». Et croyez bien que ma famille et moi-mêmes nous régalons tous les jours d’une cuisine végétale saine et goûteuse, sans la moindre carence ! Pour ceux qui ne sont pas prêts à laisser complètement tomber la viande, il faudrait au plus vite revenir au modèle de nos aïeux qui se régalaient d’un seul plat de viande dominical, d’un animal tué dans le respect et la conscience de son être et du don de sa Vie à notre seul plaisir gustatif.

  • Je ne possède pas de voiture et fais absolument tous mes transports personnels en vélo, à pieds, ou exceptionnellement en transports en commun. Qu’il est agréable, en ce temps de confinement, de retrouver un air presque pur en centre ville ! De voir la Nature reprendre le dessus..! Que serait ce Monde sans toute cette pollution ? Nous en avons aujourd’hui un bel aperçu...

  • Je m’investis de plus en plus dans une démarche Zéro Déchet ( Sachez que 91% des déchets, MÊME annoncés comme recyclables, NE SONT PAS recyclés. Le recyclage est une solution de dernier recours absolu ! ). De plus, les milliards de tonnes de déchets produits chaque année sont OU brûlés et dégagent des gaz toxiques, OU enfouis dans la terre, ce qui pollue les sols et les nappes phréatiques. Et ce n’est pas comme si l’état actuel de ces dernier.e.s était d’une pureté cristaline... :
          Aussi j’ai remplacé bon nombre de produits jetables par des alternatives plus écologiques :

         - Cotons à démaquiller => « cotons » en tissu lavables
         - Mouchoirs en papier => Mouchoirs en tissu
         - Cotons-tiges => jet de la douche + mon auriculaire dans un mouchoir en tissu après ladite douche ( n’est-il pas fait pour cela, à proprement parler ? )
         - Essuie-tout => Chiffons microfibres
         - Serviettes de table => Serviettes en tissus que j’ai cousues moi-même dans de vieux draps
         - Protections hygiéniques => Coupe menstruelle + serviettes hygiéniques lavables que j’ai cousues moi-même ( vous trouvez plein de patrons et explications sur des sites comme Pinterest, sinon vous pouvez en acheter directement à des artisans-couturier.e.s sur Etsy )
         - Bouteilles de gel douche / Shampoing / Savon Main / Flacon de liquide vaisselle... => Pain de savon de Marseille véritable
         - Lessive liquide => Lessive biologique achetée en vrac, stockée dans une bouteille en verre
         - Produits ménagers classiques polluants => Une cuillère à café de savon noir dilué dans un flacon spray d’eau distillée ET une bouteille de vinaigre blanc ( dont je n’ai pas encore trouvé d’alternative à la bouteille en plastique recyclable... )
         - Film alimentaire => Boites de conservation de bonne qualité en Pyrex 
         - Dentifrice => Savon de Marseille + Bicarbonate de Soude + HE de menthe poivrée
         - PQ => Papier toilette lavable ( oui oui ! ) que j’ai cousu dans une vieille serviette de toilette. Vous stockez vos carrés de tissu utilisés dans un pochon en attendant votre prochaine lessive à 60°C avec une dose de percarbonate de soude et ils en sortent immaculés. Promis !
         - J’évite au maximum les produits emballés... => ...au profit du vrac biologique que je stocke dans des bocaux en verre de récupération
         - Je n’achète jamais de vaisselle jetable ( assiettes / verres / couverts... )
         - J’utilise toujours un caddie de mamie et/ou des tote-bags pour faire mes courses
         - Je n’achète plus d’eau en bouteille depuis des années. Je distille l’eau du robinet.
         - Afin de limiter les emballages, je cuisine un maximum moi-même : pain, biscuits, pâtes à tartes et pizzas, sirop de menthe, confitures, compotes, gâteaux, yaourts... J’ai investi il y a peu dans un Thermomix afin de m’aider dans cette tâche.
         - Aucun plat préparé n’a jamais passé ma porte, de manière générale
         - J’achète des légumes et fruits frais plutôt que des conserves ou des sachets de légumes congelés

  • Je fais très attention au gaspillage :
         - J’essaie dans la mesure du possible de ne pas cuisiner de trop grosses quantités afin de ne pas avoir de restes. Il sont souvent peu engageants et finissent très souvent à la poubelle. C’est intolérable dans le monde dans lequel nous vivons.
         - Je suis un peu une nazie du gaspillage de l’eau : je ne fais pas couler l’eau pendant mon brossage de dents, ni pendant mon savonnage sous ma douche qui dure à peine 3 minutes ( je suis devenue une pro de l’optimisation ! ), ni pendant ma vaisselle ( uniquement au moment du rinçage qu’ici aussi, j’optimise de manière un peu obsessionnelle ), je ne tire pas la chasse d’eau à chaque fois, je verse les eaux qui n’ont pas été bues ou utilisées dans mes plantes...
         - Je prends garde à éteindre les lumières dès que je sors d’une pièce
         - Je ne charge plus mes outils numériques la nuit : quelques heures suffisent normalement. Une nuit entière c’est de l’énergie gaspillée quand la batterie est chargée à 100%.
       - JE DÉBRANCHE SYSTÉMATIQUEMENT les chargeurs une fois leur travail accompli : un chargeur dans la prise qui ne charge rien consomme presqu’autant qu’en véritable charge !
       - Je ne laisse aucun appareil en veille : même que précédemment !


  • J’ai décidé de ne plus consommer QUE d’occasion, et de limiter les achats neufs uniquement en cas d’absolue nécessité : 
     - Pour le numérique  : des sites comme BlackMarket et ElectroDépôt font du reconditionnement, c’est à dire qu’ils remettent à neuf des outils numériques de seconde main : LA réutilisation intelligente.
         - Réparer plutôt que jeter et racheter. La bâââse !
         - Je n’achète plus QUE des vêtements de seconde main depuis des mois : j’aime les vêtements, et j’aime peaufiner mon style vestimentaire, c’est pour moi une grande source d’amusement, de créativité, et de développement personnel ; mais ce que j’aime par dessus tout dans ce domaine, c’est dégoter LA super affaire tout en restant écologique et éthique. Du coup, mon temple de la mode depuis quelques années, c’est Vinted : le vide-dressing européen. Vous pouvez dégoter des merveilles dans les placards des autres pour 1€ ! La majorité de mes pièces préférées m’ont coûté entre 1 et 3€. J’y ai même trouvé des articles de luxe et de créateurs que je porte tout le temps ( Vivienne Westwood, Isabel Marant, Barbara Bui... ), que j’ai payés jusqu’à moins de 10% de leur prix initial, les articles étant souvent peu portés voire complètement neufs.
J’ai donc pris la décision de ne plus fréquenter les magasins.
Je suis aussi adepte des vide-greniers et autres brocantes.
         - Si vous préférez le Luxe : des sites comme Vide-Dressing et Vestiaire Collective sauront vous ravir ! Ce sont des plateformes de vente de produits de luxe d’occasion, certifiés authentiques.

  • Je donne au maximum ce qui ne me sert ou ne me plaît plus


       - Je donne beaucoup à mes ami.e.s, mais également à ceux qui sont dans le besoin. Des sites comme Geev m’ont permise de faire des heureux.ses et de me débarrasser rapidement de mes «  encombrants ».
La solidarité et le partage se manifestent aussi dans tous ces petits gestes. Au lieu d’en tirer quelques euros, autant donner. Si l’on se retrouve un jour dans une situation de grande précarité, on sera heureux de bénéficier du même genre de gestes en retour.

        Mais avant tout, si ce sont des vêtements que nous aimons et qui nous vont encore, je répare, je recouds, je brode ( des motifs sur les genoux troués des pantalons de mon fils par exemple ), ou je recycle ( les draps en mouchoirs, serviettes, sacs à vrac, tote bags... ; les pyjamas en pilou tout doux en gants de toilettes, les jambes de pantalons en pochettes zippées pour ranger mon matériel de couture, ou en petits cadeaux DIY pour mes ami.e.s... )



          2. Ce que je suis en train de faire / de changer :




  • Je prends conscience de l’importance nuisance du plastique et fais donc en sorte qu’il ne rentre plus dans ma maison.


  • Je termine mes derniers produits cosmétiques offerts ou achetés, et je cherche des alternatives :
         - J’ai d’ailleurs fabriqué hier du khôl maison à base d’amandes grillées. Ça fonctionne très bien ! J’ai trouvé la recette dans le livre Zéro Déchet de Béa Johnson.
         - Certains produits sont faciles à remplacer, d’autres beaucoup moins, comme mon après-shampoing par exemple. Je suis obligée d’en utiliser pour me coiffer si je veux avoir des boucles dessinées et ne pas ressembler à un caniche qui se serait coiffé avec un moulin à légumes... 😑
Mais je songe déjà à du gel d’aloé-vera ou de graines de lins que je fabriquerais moi-même.
À suivre !

  • Je commence à composter
         Je sais, cela peut paraître étrange que ce ne soit pas déjà dans mes habitudes bien ancrées, mais je vis en centre ville de Toulouse, dans une résidence sans jardin, sans accès à la pleine terre. Demander un composteur à la mairie m’est donc impossible. Mais j’ai vu que des composts en « accès limités » étaient disponibles dans plusieurs parcs de la ville. J’ai fait une demande récemment pour obtenir l’autorisation d’y déposer mes déchets organiques, j’attends la réponse. En attendant, je les stocke dans un seau couvert.



          3. Ce que je prévois de faire dès que possible :


  • Mieux que la solution du compost commun, je prévois de me fabriquer un lombricompost
         Le problème c’est que je ne sais pas encore quel matériau utiliser pour recueillir les déchets. Fabriquer la structure en bois de palettes est aisé, je peux facilement trouver le matériel nécessaire, mais sans accès à la pleine terre, je dois forcément utiliser une bâche plastique pour le fond... Bref, c’est encore en réflexion.

  • Pour la cuisine, je prévois de confectionner un ou deux « BeesWrap »
         Ce sont des morceaux de tissu enduits de cire d’abeille ou de soja, qui permettent de remplacer les très polluants papier aluminium et film alimentaire. Bien sûr ils ont quelques contraintes : ils ne permettent d’emballer que les aliments froids, au risque de voir fondre la cire avec la chaleur, et doivent donc être lavés délicatement à l’eau froide. Mais ce sont de maigres contraintes par rapport au bénéfices gagnés en terme de déchets.

  • Plus délicat, avertir les proches
         - Avec mon compagnon, nous partageons ces mêmes valeurs, et souhaitons mettre nos proches au courant de nos velléités nécessaires de Changement. Cela implique de proposer de n’acheter que des jouets d’occasion pour notre fils ( je pense aux fêtes de Noël par exemple ), qui, à son âge admettons-le, se fiche éperdument que sa voiture préférée soit neuve ou non. Pour nous autres adultes, des cadeaux consommables ou véritablement utiles, ou encore une fois ici aussi, d’occasion.
         - Pareil pour les soirées/dîners/goûters que nous voudrions organiser. Il va falloir songer à ce que les dizaines de paquets de chips ou de boissons en bouteilles plastiques amenées par nos invités laissent la place à des tartes / gâteaux / biscuits faits maisons ou achetés en vrac...


  • Le meilleur pour la fin : un potager !!
        - Ça peut paraître bête, mais les gens qui ont la chance d’avoir un potager fourni et bien entretenu me font rêver. J’envie beaucoup leur autonomie alimentaire d’une part, mais surtout leur savoir-faire. Le papa de mon compagnon me fait saliver avec ses kilos de légumes issus d’une permaculture biologique, respectueuse des sols, des microcosmes, du Vivant en général, qu’il a appris à développer tout seul ou presque, avec l’aide de ses collègues jardiniers. Quel bonheur ! Moi qui ai grandi en rase campagne, au milieu du vert et des vaches, me dire que mon fils est né dans le béton et ne sait pas vraiment comment pousse une pomme ou une carotte, ça me rend dingue ! 😖
          C’est donc une priorité pour moi que de travailler le plus possible afin de pouvoir économiser et offrir à ma famille ( et moi-même ) une petite maison avec un grand jardin, qui nous permettent de ressentir la Joie ancestrale et inaltérable de mettre les mains dans la Terre, communier, complices, avec cette Nature prodigue qui n’a de cesse de donner et donner encore, avec l’infinie générosité nourricière qui est la Sienne.      







III - Conclusion


J’ai très probablement oublié des choses, mais je viendrai les ajouter au fur et à mesure de mes éclairs de lucidité 😌

Et surtout, depuis que je me sens comme... « réveillée », et connectée à l’Avenir du Monde, de manière presque cellulaire, atomique, je n’ai de cesse de réfléchir à comment faire mieux, comment aller plus loin dans cette démarche, avec mes petits moyens, mais aussi comment transmettre ces valeurs absolument nécessaires, urgentes, à mon fils. 

Car dans 30 ans, il aura mon âge ou presque.
Il sera dans la trentaine florissante.
Il aura peut-être envie de fonder une famille mais le contexte mondial dans lequel il évoluera ne le lui permettra peut-être pas.

Alors à toutes celles et tous ceux de ma génération qui ont des enfants ou veulent en avoir, considérez que les choix et les actes que vous faites maintenant, même ceux qui paraissent les plus dérisoires,  peuvent drastiquement changer leur vie d’adulte à eux, demain



Car nous sommes 7,7 milliards d’êtres humains sur cette planète.
Et un petit geste repris par 7,7 milliards de personnes,
ça devient un ÉNORME geste.






Prenez soin de vous, je vous embrasse.

Saturne





Pour aller plus loin :

- Le documentaire « Home » de Yann Arthus Bertrand
- Le livre Zéro Déchet, de Béa Johnson
- Le livre Solutions locales pour un désordre global de Coline Serreau
- Le film La Belle Verte de Coline Serreau ( un de mes préférés ! )
- Le film documentaire « Earthlings » de Shaun Monson ( que je n’ai pas encore vu... je redoute. )
- Toutes les conférences d’Aurélien Barrau, il a une page YouTube éponyme.














Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Une question, une réflexion, une découverte, un partage ? Commentez !